Alexey Lutsenko, entre arc et bleu ciel

Portrait à déguster sans modération

  • dimanche 5 octobre 2014

Doucement mais surement, un cycliste se fait un nom dans l’élite de la petite reine. Un coureur parmi tant d’autres, certes, mais ce dernier a quelque chose qui nous fait croire qu’il ira loin. A l’ombre du Tour de Lombardie et d’autres courses européennes, il confirme tout le bien que l’on pense de lui et termine sa saison en beauté. Lumière sur Alexey Lutsenko, vainqueur aujourd’hui, chez lui, du Tour d’Almaty.

Le jeune homme de 22 ans est né le septième jour du mois de septembre 1992, à Petropavl, au Kazakhstan.

C’est en courant dans la catégorie juniors qu’Alexey remporte son premier gros titre : champion d’Asie sur route, c’était en 2010. Il confirme son talent l’année suivante. Sous les couleurs jaune et bleu ciel de son pays, il a obtenu plusieurs belles places d’honneur sur des courses renommées en Italie comme dans d’autres pays.

Astana Continental, la réserve de l’équipe World Tour du même nom n’est pas passé à côté d’un tel potentiel. Ainsi, elle recrute Lutsenko en 2012. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce dernier sait remercier son équipe et lui prouver qu’elle a fait un bon choix en le recrutant. Comment s’y est-il pris pour cela ? Il a remporté le titre de champion du monde espoirs à la fin de cette même année, excusez du peu ! Mais dès ses premières courses, le kazakh a démontré ses capacités.

Au fil des différentes épreuves du calendrier, on lui découvre une bonne pointe de vitesse, de la puissance donc beaucoup de force. Lors d’un contre-là-montre, il révèle également ses belles qualités de rouleur. Egalement vainqueur d’une étape du Tour de l’Avenir, la conclusion est simple : le jeune champion sait donc tout faire.

Son exploit qui lui a valu un maillot arc-en-ciel (une première pour sa nation) a eu d’autres avantages : comparaison avec un certain Alexandre Vinokourov, et surtout ; un recrutement de ce dernier, cap chez les grands d’Astana, en équipe World Tour.

Lors de sa première année professionnelle, il a participé notamment au Tour de France 2013. Pas intimidé pour trois sous, Lutsenko s’est offert le luxe de passer à l’offensive, avant d’être rattrapé par une forte fièvre qui l’a contraint à l’abandon le jour de la 18ème étape.

Cette année, il a brillé au Tour du Danemark, en remportant le contre-la-montre, discipline qui lui réussi puisqu’il vient d’obtenir la médaille d’or aux Jeux-Asiatiques. Alexey a exploité sa bonne forme et s’est imposé aujourd’hui sur le Tour d’Almaty. Il a dédicacé la victoire à sa femme, qui la soutient tout au long de la saison. A noter qu’il a terminé la Vuelta à la 100ème place.

Son profil nous fait penser à un autre coureur : Michal Kwiatkowski, de deux ans son aîné, champion du monde depuis dimanche dernier.

Qu’en sera-t-il en 2015 ? Alexey Lutsenko parviendra-t-il à continuer sur sa belle lancée ? Réponses d’ici quelques mois. Pour le moment, le jeune homme va rentrer chez lui, direction un repos bien mérité.

Rédigé par

Natacha Cayuela
Natacha Cayuela

Passionnée de vélo depuis ses dix ans, Natacha est la fondatrice du site qui ravitaille le cyclisme. Elle est également l'auteur du roman La Bonne échappée, où l'univers de la Petite Reine est mis à l'honneur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *