Audrey Cordon-Ragot sous de nouvelles couleurs

Un vent nouveau en saveur bretonne

  • mercredi 13 février 2019

Crédit : Trek-Segafredo

 

Après avoir passé quatre saisons au sein de l’équipe Wiggle High 5, cette année 2019 commence par un changement majeur dans sa carrière.

C’est donc au sein de l’équipe Trek-Segafredo version féminine que l’on pourra la suivre tout au long de la saison. On peut dire que l’année commence bien puisque Audrey Cordon-Ragot a déjà levé les bras ! En remportant le cyclocross de Grand-Champ, voilà de quoi se mettre en jambe. En ce début de saison sur route, faisons le point à ses côtés.

 

  • Bonjour Audrey, nous sommes ravies de te retrouver pour ce nouveau mets ! Avant de parler d’avenir, revenons sur ta saison 2018. Comment la résumes-tu ?

Mentalement compliquée et physiquement accomplie. Je suis satisfaite de mes résultats qui ont été au niveau de mes ambitions. Je suis passée par des moments très compliqués qui m’ont fait grandir et passer un nouveau cap.

 

  • Quels sont les faits qui t’ont le plus marqués ? 

J’ai en tête ma 6ème place sur l’Amstel bien sûr, c’est ma course préférée et celle qui me correspond aussi le mieux. Et puis il y a mon premier podium en World Tour sur le Challenge Madrid by La Vuelta qui était une grande satisfaction. C’est également un drôle de souvenir puisque je n’avais pas été conviée au podium sur erreur du jury ! C’est tout moi ça, la poisse !

 

  • Tu fais donc partie de la team Trek-Segafredo Women. Qu’est-ce qui t’a motivé à y trouver ta place ?

Je voulais un nouveau challenge, relancer ma carrière après une année plutôt morose chez Wiggle-High5.

 

  • Peux-tu nous parler de ta nouvelle équipe ? 

Sur le papier on a une des équipes les plus costaud, de grands noms sont dans l’effectif. On est pour la plupart à la recherche de renouveau après des saisons moins prolifiques.

L’ambiance est studieuse et très professionnelle, l’objectif principal est d’être numéro 1 en fin de saison.

 

  • Vous êtes en contact avec la version masculine de l’équipe ? 

Nous faisons tout en commun avec l’équipe masculine. Les deux stages hivernaux se sont déroulés en même temps et nous partageons quelques entraînements longs ensemble. C’est très enrichissant pour nous tous, une vraie chance !

 

  • Que penses-tu de cette mixité et du fait que de plus en plus de sponsors investissent aussi dans le cyclisme féminin ?

Je pense honnêtement que c’est l’avenir du cyclisme féminin. C’est ce que je défends depuis quelques années maintenant et j’ai hâte de prouver que c’est la meilleure solution pour voir le cyclisme féminin se développer.

 

  • Parlons justement de l’évolution du cyclisme féminin. Es-tu satisfaite de son développement ou trouves-tu qu’il y a encore beaucoup de progrès à apporter ?

Il se développe à vitesse grande V ces dernières années et je suis heureuse de faire partie de cette génération de filles qui militent et obtiennent des premiers résultats. Il y a évidemment beaucoup de progrès à faire mais nous sommes sur le bonne voie ; je suis positive.

 

  • Originaire de Bretagne, tu viens donc d’une région où l’engouement pour le vélo n’est plus à démontrer ! Le ressens-tu notamment quand tu t’entraînes ou même lorsque tu cours loin de tes terres ?

Oui, aujourd’hui je suis reconnue en Centre Bretagne surtout, car ça fait un moment que j’écume les routes. Je sens aussi qu’on me fait confiance quand c’est pour parler de vélo féminin et de sport féminin en général et j’aime ce statut de porte-parole.

 

  • Tu as également un fan-club qui te soutien. On imagine que c’est important pour toi ?

Oui, nous organisons depuis trois ans une Gentleman à mon nom avec tous mes supporters et c’est un super moment de partage. J’aime la proximité avec mes supporters et amis, c’est très important pour la motivation.

 

  • En parlant de soutien, tu peux également compter sur ton mari, Vincent Ragot, lui aussi à fond dans le vélo…

Vincent est la pièce maîtresse de mon équilibre, sans lui je ne serais plus sur un vélo. Il vit sa passion dans son métier de mécanicien et continue de rouler avec moi car il est cycliste et compétiteur dans l’âme.

 

  • Est-t-il facile de jongler avec ta vie de cycliste à haut niveau et « une vie normale » au féminin ?

Ma vie de cycliste et vie de femme, c’est la même chose. Je suis une femme cycliste qui aime son métier, et ce métier prend énormément de temps voir tout mon temps… C’est un choix que j’assume à 300% !

 

  • Dans l’idéal, comment se déroulerait ta saison sous tes nouvelles couleurs ?

Une victoire en World Tour pour moi et pour chacune des filles de l’équipe !

 

  • Quel est ton principal objectif personnel pour cette année ?

Retrouver ma rage de vaincre qui me caractérisait plus jeune.

 

  • Pour terminer, petite question ravito : quels sont les mets qui te donnent le plus d’énergie pour rouler et ceux que tu aimes mais préfère éviter ?

J’adore les gâteaux de riz que les soigneurs nous préparent sur le vélo. C’est diététique et ils nous apportent l’énergie nécessaire.

En ce qui concerne mon pêché mignon, c’est les galettes et crêpes que je mange au moins une fois par semaine à la maison, c’est bon pour le moral !

 

Crédit : Anna Plichta

 

Un grand merci à Audrey Cordon-Ragot pour ce nouveau mets ! De quoi nous mettre en appétit et te soutenir au fil des prochains mois. Bonne saison à toi et à toute ton équipe !

Rédigé par

Natacha Cayuela
Natacha Cayuela

Passionnée de vélo depuis ses dix ans, Natacha est la fondatrice du site qui ravitaille le cyclisme. Elle est également l'auteur du roman La Bonne échappée, où l'univers de la Petite Reine est mis à l'honneur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *