Les aventures de Maximilien Picoux III

Troisième volet concocté avec de bons résultats cumulés

  • jeudi 10 août 2017

En ce mois d’août, il est grand temps de retourner prendre des nouvelles du coureur de la Team T-Palm. Voici la suite des aventures de Maximilien Picoux ! Au menu : des kilomètres de vélo, quelques déboires et un podium ! Sans oublier de belles places d’honneur… .

 

 

Crédit photo : Pascal Granger

  • Coucou Max ! Depuis notre dernière recette, nous n’avons pas manqué de suivre l’évolution de ta saison. Si tu devais résumer cette période en quelques mots, lesquels utiliserais-tu ?

Régularité – Top 10 – et envie de gagner.

  • On a vu que tu as subi quelques chutes… as-tu encore des séquelles physiques ?

Je n’ai heureusement pas de séquelles contrairement à certaines chutes lors de la saison dernière. Mes blessures après chutes n’ont été que superficielles, mais la récupération qui s’en suit est toujours plus longue après ce genre d’événement.

  • Mentalement, comment se remettre de plusieurs gamelles ? Est-ce que tu dois lutter contre la peur de frotter à nouveau ?

Quand on est encore blessé, il est plus difficile de retourner frotter notamment par la peur de retomber sur des blessures qui n’ont pas encore guéries. Mais après une course ou deux, on s’habitue à nouveau et on reprend facilement des risques. C’est différent pour des chutes plus graves bien sûr.

  • Parlons de choses plus réjouissantes ! Malgré les pépins, la forme est bien au rendez-vous ? 

La forme est bien au rendez-vous en effet. Je suis vite revenu à un bon niveau après ma coupure dans le Sud de la France. Mon podium à Flobecq était un peu inattendu dans le sens où je ne me sentais pas au mieux sur la ligne de départ. Et puis, pendant la course, avec l’enthousiasme des supporters le long du parcours, les sensations ont commencé à revenir et j’ai su décrocher une seconde place.

  • Tu as porté le maillot de meilleur jeune lors de la deuxième étape du Tour de Liège. Félicitations ! Globalement, comment s’est déroulé cette course pour toi et ton équipe ?

Le but de ce Tour de Liège était d’y aller en guise de préparation pour des objectifs un peu plus lointains. J’étais donc très satisfait de pouvoir aller chercher un Top 10 et par la même occasion, un maillot ! Au point de vue de l’équipe, nous avons fait preuve d’une belle collectivité en mettant chaque jour un homme dans les 25 premiers de chaque étape.

  • D’un point de vue logistique, comment s’est passée la course ? 

L’ambiance était très familiale lors de ce Tour. Toutes les équipes étaient réunies au sein d’un même bâtiment. La récupération n’était pas optimale puisque nous dormions à plusieurs sur le même étage et les habitudes de sommeil ne sont pas les mêmes pour tous… Pour ce qui est des repas, c’était les propriétaires de l’hébergement qui s’en occupaient. Quant aux transferts, c’est à bord de la voiture du directeur sportif ou de la camionnette de l’équipe qu’ils se faisaient.

  • Cet été, tu cours également sur les routes françaises ! On imagine que le Kreizh Breizh a été un rendez-vous important. Dans quel état d’esprit l’as-tu abordé ?

Mon objectif pour le Kreizh Breizh, tout comme pour ceux de l’équipe, était d’aller chercher un beau résultat sur au moins une étape et d’avoir une belle place au classement général. Du coup, une petite pointe de déception puisque c’est le premier tour de l’année où je n’arrive pas à décrocher un Top 10 et seulement est sûrement dû à la chute du premier jour.

  • Avant et après une course, quelles sont tes habitudes, tes rituels ?

Avant une course, je n’ai pas d’habitude particulière. J’épingle mon dossard, je me fais masser, et je vais sur la ligne. Après la ligne d’arrivée, un Aquarius et un shake m’attendent souvent grâce aux soigneurs qui sont toujours aux petits soins pour nous.

  • Qu’est-ce que tu emportes toujours avec toi dans ta valise voir même dans ton maillot ?

Une multiprises ! C’est toujours très pratique pour pouvoir recharger le Garmin, décharger les fichiers de courses sur le pc, … . Et puis bien sûr de quoi grignoter dans le cas où le repas du soir ne m’a pas convenu.

  • Tu viens de terminer le Tour de Namur où tu as cumulé de belles places d’honneur. Comment as-tu vécu la course de l’intérieur ?

C’était une belle course, où je pensais avoir perdu toute chance de faire un bon classement général après le contre-la-montre par équipe. Finalement, les circonstances de course et la volonté d’aller chercher une étape m’ont permis d’intégrer le top 20 final.

  • Avec cet enchaînement de courses et de bon résultats, es-tu satisfait de tes performances d’un point de vue foncier ?

Je suis content de mes prestations globales. Ça fait plaisir de faire un « résultat » sur chaque course ou presque mais j’échangerais bien des top 10 contre une belle victoire !

  • Et c’est tout le bien que l’on te souhaite ! Pour conclure ce troisième volet, quelle est la suite de ton programme ?

Le 13 août : Championnat de Belgique Espoir (U23) et du 16 au 20 août, je participerai au Tour de Flandre-Orientale (Ronde van oost-vlanderen).

Un grand merci de nous partager la suite de tes aventures. On te souhaite de continuer à prendre du plaisir sur ton vélo, et d’avoir enfin la réussite que tu mérites ! À bientôt pour un prochain numéro !

Rédigé par

Natacha Cayuela
Natacha Cayuela

Passionnée de vélo depuis ses dix ans, Natacha est la fondatrice du site qui ravitaille le cyclisme. Elle est également l'auteur du roman La Bonne échappée, où l'univers de la Petite Reine est mis à l'honneur.

This Post Has One Comment

  1. Pingback: Les aventures de Maximilien Picoux - IV - Au bon dossard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *