Les aventures de Maximilien Picoux – IV-

Une motivation à toutes épreuves

  • lundi 20 août 2018

Crédit : Didier Fourez

 

 

En mars dernier, le coureur belge qui évolue cette année dans l’équipe française du VC Rouen nous a fait part de sa première partie de saison. En plein été, il est donc grand temps de retrouver Maximilien Picoux afin qu’il nous raconte la suite de ses aventures.

 

  • Bonjour Max ! On a appris via ta page Facebook que ton équipe a été victime d’un accident de voiture le mois dernier. Que s’est-il passé ? Comment allez-vous ?

Bonjour ! En effet, nous avons été victime d’un accident de voiture. Nous étions sur la route du retour après la présentation d’équipe sur le KBE quand une voiture est venue percuter celle de l’équipe. J’étais dans le camion, je n’ai pas vu l’accident car nous avions pris une autre route mais nous avons fait demi-tour dès que notre DS nous a appelé pour nous prévenir. Arrivé sur place j’ai eu très peur. Les deux voitures impliquées étaient complètement détruites. Il y avait déjà les pompiers, l’ambulance et la police… Directement, on imagine le pire mais heureusement plus de peur que de mal, personne dans l’équipe n’a été blessé gravement.

 

  • Et toi, comment tu te sens plus personnellement ?

Hé bien moi ça va, je me rends compte que les déplacements Belgique – France sont quand même bien fatigants. Il arrive souvent que je rentre vers 1h-1h30 du matin chez moi après les courses du dimanche (surtout quand c’est dans l’ouest de la France). C’est un rythme de vie auquel il faut savoir s’habituer.

 

  • Tu nous racontes un peu tes dernières courses et résultats ?

Ça n’a pas été facile pour moi ces derniers temps. J’ai eu un petit coup de fatigue pendant le KBE et j’ai été malade lors de l’avant dernière manche de la Coupe de France à Cherves, à trois jours d’un gros objectif : le championnat de Belgique. Les jambes sont là, la forme aussi. Si la chance revient, je devrais signer de beaux résultats prochainement. Sinon en terme de résultat, j’ai signé une belle prestation lors du GP de Pérenchies où je vais chercher une belle 8ème place. Encore un top 10 sur une 1.2.

 

  • Tu as donc participé à la Kreiz Breizh Elites en juillet dernier. Une course bien réputée autant en Bretagne que chez les amateurs. Comment as-tu trouvé l’ambiance, la logistique ?

L’ambiance est toujours sympa en Bretagne. Il n’y a pas trop de voitures, c’est la nature, les gens sont calmes mais… IL PLEUT TOUT LE TEMPS ! C’est incroyable, deux participations au KBE, deux fois qu’il pleut avec 14-15 degrés… au même moment il faisait 28-30 degrés chez moi en Belgique. Point de vue logistique, je ne suis pas un adepte des demi-étapes. Je pense qu’une belle étape de 180 kilomètres avec le mythique circuit final de Carhaix serait plus adapté, plus sympa et moins compliqué pour l’organisateur.

 

  • Plus globalement, comment se déroule la saison du VC Rouen ?

Ça se déroule bien, même si nous n’avons pas eu beaucoup de réussite et de chance cette année. Personnellement c’est un peu la même chose… souvent un manque de chance et de réussite lors de mes objectifs mais je suis quand même régulier et j’ai signé mes meilleurs perfs, signe que je progresse encore (4ème en 1.2 sur le Tour de Normandie et 2ème sur un Tour Elite, le Tour de la Manche).

 

  • On ne veut pas remuer le couteau dans la plaie, mais on imagine qu’il te manque toujours cette victoire pour laquelle tu te bats tant…

AAAAHHH ça fait mal … haha je plaisante ! Oui je suis passé à un boyau lors du Tour de la Manche, je cours toujours après mais d’un autre coté ce n’est pas plus mal ; ça me permet d’avoir la niaque et de toujours me battre pour faire un résultat.

 

Crédit : Florine Leplingard

 

  • Il a fait très chaud ces dernières semaines. Comment as-tu supporté la canicule ?

Je n’ai pas de problème avec la chaleur, mais là, c’est vrai que c’était extrême et j’en ai d’ailleurs souffert ! J’ai eu un gros coup de chaud pendant une Coupe de France, ça m’a coûté la course, j’ai dû mettre pied à terre comme beaucoup de coureurs qui ont eu une insolation.

 

  • Quelle est la suite de ton programme ?

Normalement :
– Marbriers, Trois jours de Cherbourg, Boucles de l’Artois… et après on verra avec bien sûr, quelques kermesses chez moi en Belgique pour me faire plaisir.

 

  • Pour conclure ce nouveau Plat, qu’est-ce que tu regardes en ce moment ?

J’ai suivi avec un grand intérêt les différents championnats d’Europe et maintenant j’attends la Vuelta avec impatience.

 

Merci à Maximilien Picoux pour ce mets toujours aussi agréable à concocter ! On te retrouvera dans quelques semaines, avec on l’espère, de bonnes nouvelles à la clé.

Rédigé par

Natacha Cayuela
Natacha Cayuela

Passionnée de vélo depuis ses dix ans, Natacha est la fondatrice du site qui ravitaille le cyclisme. Elle est également l'auteur du roman La Bonne échappée, où l'univers de la Petite Reine est mis à l'honneur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *