Les aventures de Maximilien Picoux – V –

Clap de fin pour la saison 2018

  • vendredi 23 novembre 2018

 

Photo : Charly Vélo

 

L’été dernier, le coureur belge du VC Rouen partageait avec nous ses aventures au fil des kilomètres et des courses parcourues.

En cette fin d’année, il est temps de faire le bilan avec Maximilien Picoux, qui nous raconte la suite de ses aventures.

 

 

  •  Bonjour Max, pour commencer ce nouveau mets, dis-nous comment tu vas ?

Comme lors de chaque trêves hivernales, pression et petits tracas quotidiens s’estompent, donc forcément, ça va bien. 😊

 

  • Comment se sont déroulés ces derniers mois pour toi et ton équipe ?

J’ai connu l’ascenseur émotionnel. J’ai réussi à faire un podium sur Paris-Vierzon, une semaine plus tard j’ai perdu un super ami et compagnon d’entraînement et encore aujourd’hui, c’est difficile de monter sur un vélo sans ressentir un gros pincement au cœur…

Dix jours plus tard, j’emménageais avec ma compagne dans notre maison. Côté Rouen, nous n’avons pas eu l’occasion de nous réunir depuis la fin de saison si ce n’est pour effectuer des tests (cardiologue, test à l’effort), le moment de découvrir de nouvelles têtes !

 

  • Plus globalement, quel bilan fais-tu de ta saison au VC Rouen ?

La saison 2018 se termine sur un bilan plutôt positif. Je n’ai pas levé les bras mais à contrario, j’ai fait mes meilleures places en 1.2 et en Elite nationale. Je pense encore pouvoir monter en puissance, c’est assez encourageant puisque cela signifie qu’il y a encore une marge de progrès.

 

  • On imagine que tu t’y sens bien, car tu nous confirmes y rester l’an prochain ?

Oui, je m’entends très bien avec les dirigeants et avec les coureurs. Bien sûr, il y a toujours quelques gros caractères, ce qui mène à certaines mésententes. Mais la plupart du temps, l’ambiance est très bon enfant !

 

  • Avant cela, place à la trêve hivernale ! Comment la gères-tu ?

J’ai déjà épuisé mon quota de congés ! Les quelques semaines de trêve sont déjà terminées pour moi et j’ai donc déjà repris l’entraînement. Comme chaque année, je profite de cette période pour faire d’autres sports comme de la natation, de la course à pied et de la musculation.

 

  • Qu’est-ce que tu t’autorises en cette période dont tu te prives le reste du temps ?

Quelques raclettes bien entendu pour être raccord avec la saison 😉 et puis un peu de célèbre pâte à tartiner sans oublier quelques bonbons, mais jamais dans l’excès !

 

  • As-tu déjà une vision, des objectifs pour 2019 ?

Je pense et j’espère que 2019 sera une année sans prise de tête. Je vais faire du vélo, je vais m’amuser, attaquer, faire le dernier kilomètre, attendre les 50 derniers mètres avant de sortir des roues bref courir sans réfléchir, à l’instinct comme on dit.

 

  • Quelles améliorations en tous genres aimerais-tu obtenir pour ta prochaine saison ?

D’un point de vu global, j’ai toujours essayé d’avoir mon matériel au top avant chaque course et grâce à mon père qui est mécano, avant chaque course, tout est réglé dans les moindres détails ! En revanche, j’aimerais avoir un vélo le plus léger possible afin de m’approcher de la limite de poids autorisée.

Concernant le côté nutritionnel, j’ai eu l’occasion de découvrir de nouvelles boissons à base d’algues et également de betteraves. Alors forcément, ça fera partie de mon pack lors de la saison 2019.

 

  • Lors de notre précédente rencontre, tu nous disais attendre la Vuelta avec impatience. Comment l’as-tu trouvé ?

Ce n’était pas mal ! Les favoris étaient un peu cuits après le Tour de France mais cela n’empêche qu’on a pu voir des outsiders comme Enric Mas réaliser de belles choses et offrir un beau spectacle.

 

  • Pour conclure, si tu devais résumer tes dernières aventures en une phrase ou une citation, laquelle utiliserais-tu ?

« La vie est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre. »

 

  • Encore un grand merci à Maximilien Picoux pour nous partager ainsi sa vie de cycliste de haut niveau. On se donne rendez-vous l’année prochaine ?

Avec plaisir ! À l’année prochaine. 😊

Rédigé par

Natacha Cayuela
Natacha Cayuela

Passionnée de vélo depuis ses dix ans, Natacha est la fondatrice du site qui ravitaille le cyclisme. Elle est également l'auteur du roman La Bonne échappée, où l'univers de la Petite Reine est mis à l'honneur.

This Post Has One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *