Benjamin Didou, Cycliste et Organisateur

Lumière sur le Tour cycliste des 4B Sud Charente

  • mercredi 16 octobre 2019

Chaque année hélas, des courses disparaissent ; que ça soit chez les pros comme chez les amateurs. Heureusement en parallèle, des épreuves voient le jour et apportent une dose de nouveauté dans le calendrier, comme dans les habitudes des passionnés de vélo. L’occasion pour nous de saluer et de remercier tous les organisateurs ainsi que l’ensemble des bénévoles qui œuvrent dans l’ombre pour que brillent les coureurs dans la lumière. Sans eux, il serait impossible de profiter comme de partager notre amour pour le cyclisme !

 

Photo via B. Didou

 

Parmi ces organisateurs, ce sont parfois les cyclistes eux-mêmes qui fondent des courses, y mettant ainsi tout leur dévouement et leur cœur. Pour cela il n’y a pas d’âge, pas de formation spécifique, même si les études peuvent aider. Tout s’apprend sur le tas, en étant bien encadré et très motivé.

C’est le cas de Benjamin Didou, qui a 20 ans, court pour le club de l’AC4B et prépare déjà la deuxième édition du Tour Cycliste des 4B Sud Charente. Curieuses d’en savoir plus, partons à sa rencontre.

 

 

  •  Bonjour Benjamin, l’automne est synonyme de fin de saison dans les pelotons. Comment s’est passée cette année pour toi ?

Cette année a été un peu spéciale pour moi car ma préparation hivernale s’est rythmée par la préparation de la première édition du Tour des 4B avec pas moins de 400 heures consacrées en six mois.
Malgré cela, j’ai quand même réussi à consacrer du temps pour rouler, ce qui m’a permis aussi de penser à autre chose.
J’ai réalisé de nombreuses belles courses en ligne avec mon club telles que le Tour du bassin d’Arcachon, La Rochelle-Saintes, les Boucles de l’Arnould, la Ronde de Salies de Béarn, le Tour des Pyrénées, la Primevère Montoise. C’est dans celles-ci que je prends le plus de plaisir donc c’est pour cela que je souhaitais mettre en place une course en ligne car elles sont plus dures à organiser donc de plus en plus rare sur le calendrier.

 

  • Tu nous présentes ton club ?

L’AC4B est l’acronyme d’Association Cycliste des 4B. Les 4B est une Communauté de communes qui regroupe plein de communes du Sud Charente dont les quatre principales : Barbezieux, Baignes, Blanzac, Brossac. Fondé en 2008, nous sommes un petit club d’une quarantaine de licenciés dont je suis le trésorier.

 

Photo via le AC4B

 

  • Parle-nous de toi, de tes passions

J’ai toujours pratiqué du sport durant mon enfance, sept ans de handball où j’ai dû arrêter à cause d’une blessure au talon. Trois ans de football, deux ans de tennis et là, je vais entamer ma cinquième année de vélo. Mes souhaits sont d’obtenir ma licence, prendre du plaisir dans tout ce que j’entreprends avec de la réussite.

 

  • Tu étudies à Poitiers, plus précisément à la Faculté des Sciences du Sport. Pourquoi avoir choisi une orientation en STAPS ? Qu’est-ce que cela t’apporte ?

L’année dernière, j’ai terminé ma deuxième année de mon DUT Techniques de Commercialisation. Ce dernier était la continuité de mon Bac STMG (marketing- management). Ce DUT m’a permis d’avoir le temps d’organiser pour la première fois la course car elle faisait partie d’un projet à réaliser tout au long de l’année.
À la suite de ce DUT, j’ai décidé de poursuivre mes études dans le domaine du sport, donc la licence 3 STAPS Management du sport était pour moi la suite logique car elle intègre les domaines du management, marketing, gestion de projet, le tout appliqué au domaine du sport.

De plus avec la licence STAPS, nous avons plein de « minis-projets » qui permettent d’affûter notre capacité d’organisation et aussi d’améliorer notre relationnel avec le monde professionnel.

 

  • Comment et pourquoi est venue l’idée de créer une course cycliste ?

En mai 2018, j’étais en stage de vélo en Espagne et lors d’une discussion avec mon président de club (Philippe Nadon), je lui ai soumis mon envie de créer une course cycliste par le biais de mes études. Mon idée était une course du type interclub et à ce moment-là, il m’a parlé de son souhait depuis toujours de créer une course qui ferait le tour de la Communauté de communes des 4B pour la mettre en valeur.
Son envie a donc toujours été présente, mais pour lui c’était difficilement réalisable du fait que cela n’avait jamais été fait auparavant et qu’il fallait consacrer énormément de temps à son élaboration.
Le projet à pris forme au fur et à mesure des mois jusqu’en septembre, où j’ai emmené Clément Debien avec moi pour la réalisation de cette première édition.

 

  • Suite à cette idée, le Tour Cycliste des 4B Sud Charente est né ! Tu nous présentes la course ?

Il s’agit donc d’une course de cyclisme sur route en ligne. L’édition de 2019 est partie de Blanzac, puis elle a traversé 25 communes de la Communauté de communes des 4B pour arriver à Barbezieux, après 130 kilomètres ponctués par des classements intermédiaires du meilleur sprinteur et des classements du meilleur grimpeur.
Nous avons eu 153 coureurs engagés, ce fut le record historique de partants d’une course en Charente. Un très beau plateau était présent avec des clubs de divisions nationales tels que la Team Pro Immo, Océane top 16.

 

Affiche de la course

 

  • Peux-tu nous décrire tout ce que l’on ne voit pas de l’autre côté des barrières, que l’on soit cycliste ou suiveur ?

Différentes étapes sont nécessaires à l’organisation d’une course cycliste de ce type. Tout d’abord, il est nécessaire d’établir un budget prévisionnel le plus proche de la réalité dont il va falloir trouver les fonds. Puis il faut rencontrer les collectivités pour se mettre d’accord sur les villes de départ et d’arrivée ainsi que les villes que l’on va traverser pour en tracer le parcours. Ensuite, il faut démarcher les partenaires privés et publics pour financer l’événement.

En lien avec le parcours, un dossier en préfecture doit être réalisé pour avoir l’accord du Préfet de donner le départ le jour J. Il faudra donc dans ce dossier demander les autorisations de passage en mairies. Mais aussi établir la sécurité de l’événement avec la présence sur place d’un médecin, d’une ambulance. Ainsi que des signaleurs et motos sécurité qui sécuriseront les différents carrefours pour créer une « bulle » entre la voiture qui ouvre la course et la voiture balai.

 

Tour 4B (photo) – Maillots distinctifs

 

 

  • Puis le jour J est enfin arrivé ! Comment s’est déroulée cette première édition ?

Personnellement, la journée a été longue car elle a commencé de bonne heure. Il a fallu tout d’abord préparer le site d’arrivée puis le lieu de départ à accueillir la course.
Sur le départ, il y a eu plein de choses à préparer : la mise en place de l’arche de départ, la sonorisation, le repas des bénévoles. Puis faire garer les véhicules des équipes sur le parking. Avant la course, il a fallu réaliser en compagnie du président du jury la réunion des directeurs sportifs pour présenter aux différents acteurs de la courses les informations essentielles de la course, notamment en terme de sécurité.
Pour finir, il faut organiser le convoi des véhicules suiveurs (voiture ouvreuse, arbitres, médecin, directeurs sportifs/mécanos, invités, voiture balai) avec l’installation d’une radio interne dans chacun des véhicules.

Le départ donné, j’ai fait toute l’épreuve en tant que directeur de course pour veiller au grain à son bon déroulement. Il a même fallu stopper la course quelques minutes à cause d’une erreur de parcours de la part des échappés. Puis il y a eu la remise des prix et des différents maillots protocolaires par les élus et sponsors, suivi d’un pot de l’amitié. La victoire de la première édition est revenue à Pierre Bonnet, devant son équipier Mickaël Guichard. (Team Pro Immo Nicolas Roux).

 

Crédits : DGS photographie – Maxime Venisse – Tour des 4B –

 

  • Suite à cela, quelles ont été les retombées autour de l’événement ?

Les retombées ont été diverses et variées. Personnellement, j’ai reçu beaucoup de gratitude de la part de mon entourage, mais aussi par beaucoup de monde via les réseaux sociaux et par la presse locale et spécialisée. Car il ne faut pas se mentir, quand j’ai eu le projet de créer cette course, tout le monde me prenait pour un gamin fou de 19 ans !

Les coureurs m’ont fait part de leur satisfaction d’avoir pratiqué une course en ligne avec de nombreux engagés, dans des conditions optimales en terme de sécurité comme pour le parcours proposé.
Les communes traversées ont aussi été satisfaites du passage de la course dans leur ville car cela leur a offert une belle animation, avec beaucoup de spectateurs présents sur le bord de la route tout le long du circuit. D’ailleurs, Blanzac, ville de départ cette année sera le lieu d’arrivée de l’édition 2020.

 

Benjamin Didou et Clément Debien, organisateurs fiers du travail accompli !  (Photo : Maxime Venisse)

 

  • Désormais, toi et ton équipe d’organisateurs êtes déjà à fond dans la préparation de la deuxième édition ! Quelles sont les grandes phases de votre planning prévisionnel ?

Les différentes phases reprennent celles citées au dessus avec la création du parcours, la recherche de fond (sponsoring, subventions…), l’aspect administratif (CERFA), logistique et la communication (affiche, réseaux sociaux et la création en ce moment d’un site web qui sera publié prochainement).

Pour financer l’événement, une cagnotte de financement participatif a également été lancée via Leetchi.

 

  • Combien êtes-vous pour organiser le tout ?

Nous sommes 10 étudiants en L3 Management du sport :

Organigramme réalisé par l’équipe du Tour des 4B

 

  •  Quels sont les objectifs à atteindre autour de la course ?

Les principaux objectifs sont :
– Faire connaître l’événement à plus grande échelle, que ça soit pour la course elle-même, les villes traversées, et nous en tant qu’organisateurs.
– Atteindre les 150 engagés (100 minimum).
– Trouver les 180 bénévoles nécessaires.
– Que la course se passe dans meilleurs conditions possibles.

 

  • Plus personnellement, comment envisages-tu ton année 2020 ?

Mon année 2020 sera articulée autour de plusieurs choses :
– Le tour des 4B en mars.
– Le stage de fin d’étude de minimum six semaines mi-mars. Je suis d’ailleurs à la recherche d’une structure dans l’événementiel sportif.
– La réussite de ma saison de vélo au sein du club de l’AC4B.
– Obtenir ma Licence Management du Sport.

 

  •  Ce mardi 15 octobre, accompagné de ton équipe organisatrice, vous avez eu l’honneur d’assister à la présentation du Tour de France 2020. Tu nous racontes ces moments particuliers ?

Oui ; ce fût un honneur d’être invité par Thierry Gouvenou le N°2 du Tour. Nous nous devions de répondre présents, chose faite ! Tout le groupe d’étudiants a fait le déplacement. La présentation fût magique avec tout d’abord le résumé de l’édition 2019 où j’ai eu des frissons de part la qualité du montage vidéo mais aussi de l’épopée de Julian Alaphilippe ce mois de juillet.
Suivi ensuite de la présentation du Tour de France 2020, avec le plaisir de le recevoir dans mon département de la Charente-Maritime mais aussi à Poitiers où j’effectue mes études. Étant un fidèle suiveur du Tour de France… Il y a un an, j’avais suivi les deux dernières semaines du Tour étape par étape en camping-car. C’est très agréable à vivre, avec la ferveur populaire qui règne sur le bord des routes.

À la fin de la présentation, j’ai remercié Thierry Gouvenou au nom de l’équipe et nous avons fait une photo de groupe avec lui. Très sympa d’avoir pu échanger avec le directeur technique du TDF ! Nous avons même assisté au tournage d’un reportage pour Tout le sport avec la compagnie de Julian qui sera diffusé prochainement.

 

Photo via Benjamin Didou

 

  • Pour conclure ce mets, ravitaillons-nous ! Quel est ton plat et ton dessert préférés ?

Je n’ai pas vraiment de plat préféré mais j’aime bien les lasagnes. Côté dessert, je suis un fou de la glace au café !

 

  • Une dernière chose à ajouter ?

Je pense que l’on a tout dit ou presque 😉 Merci à vous pour cette interview !

 

B. Didou et son frère accompagné de J. Alaphilippe

 

 

Merci à Benjamin Didou de nous donner un aperçu de l’envers du décor en tant que cycliste et organisateur. Bravo à toi et à tous ceux qui contribuent au Tour Cycliste des 4B Sud Charente, à qui nous souhaitons de nombreuses prochaines belles éditions !

Rédigé par

Natacha Cayuela
Natacha Cayuela

Passionnée de vélo depuis ses dix ans, Natacha est la fondatrice du site qui ravitaille le cyclisme. Elle est également l'auteur du roman La Bonne échappée, où l'univers de la Petite Reine est mis à l'honneur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *