Le carnet de bord qui donne des Elle au vélo

Épisode 2 - Des kilomètres et de l'expérience

  • mardi 21 avril 2015

Les coureuses du COCCF (Club Omnisports de Couronnes cyclisme féminin) ont disputé leur première course de la saison le 29 mars dernier. Ce fût donc l’occasion pour nous de réaliser le deuxième épisode du carnet de bord de l’équipe en compagnie d’Océane Tessier. Petite interview et retour sur les courses auxquelles elle a participé.

 Peux-tu te présenter en quelques mots ?

J’ai 19 ans et je suis en Espoirs 1ère année. Je suis originaire de Nouvelle-Calédonie et j’habite en région parisienne depuis maintenant quatre ans pour y faire mes études et pour pouvoir évoluer dans le cyclisme. Je suis en 1ère année de DUT génie biologique à l’université de Créteil et je souhaite devenir diététicienne. Je fais du vélo depuis l’âge de six ans, c’est une passion de longue date dans ma famille. J’adore également chanter et danser.

  • Quelles ont été les motivations pour le choix de cette course ?

C’était la première manche du challenge d’Île de France. L’équipe étant basée dans cette région, nous allons participer à chacune des manches dans le but d’être le mieux placées possible à la fin de ce challenge (individuellement ainsi que par équipe).

  • Comment vous êtes-vous préparées pour cette épreuve ?

Nous nous sommes préparées ensemble tout l’hiver, grâce aux plans d’entraînements de notre préparateur physique Mathieu Istil. J’ai cependant eu un hiver pas très rigolo avec deux opérations et des problèmes de santé assez sérieux. J’ai donc du mettre un peu le vélo de côté afin de ménager ma santé. Après avoir récupéré, nous sommes partis en stage avec l’équipe de VO2max en février où nous avons pu rouler avec Christel Ferrier-Bruneau et bénéficier de ses précieux conseils. Puis nous avons fait des sorties collectives tous les dimanches afin de travailler le fond. J’ai également fais beaucoup de travail de force, avec des séances de musculation et de PPG, car cela fait parti des points que je dois améliorer. Sans oublier les intensités en semaines, avec une séance de piste par semaine et une autre sur route. Je n’ai donc pas préparé cette épreuve en particulier mais toute la saison à venir.

  • Quel a été le programme juste avant la course ?

Samedi, j’ai fait une séance d’une heure très intense pour être bien débloquée pour la course de dimanche. Le soir, je me suis détendue en famille devant « The Voice » et j’ai retrouvé l’équipe, en forme et motivée, sur les lieux de la course dimanche matin. Nous avons discuté puis nos préparateurs physique et tactique, Mathieu et Normann nous ont fait un briefing d’avant course. Nous sommes ensuite parties pour un échauffement de quinze minutes avec un petit réveil musculaire et des intensités pour faire monter le cœur et le préparer aux efforts de la course.

  • Et celui d’après ?

J’ai tout d’abord bien mangé, je profite des après courses pour m’autoriser quelques écarts et me faire plaisir. J’ai regardé le Gand-Wevelgem à la télévision, j’ai eu une journée de repos lundi. Puis j’ai réattaqué par une grosse séance de PMA ultime.

  • Quelle alimentation utilisez-vous sur le vélo ?

L’équipe bénéficie d’un partenariat avec Ergy Sport, pendant la course j’ai un bidon de boisson à la pêche et un bidon d’eau. Je pars également avec deux barres aux fruits rouges.

Le résumé de la course par Océane :

Le COCCF a connu dimanche 29 mars la première compétition de son histoire à Dugny sous des conditions pas des plus agréables. Nous étions une soixantaine de partantes et la course s’est déroulée sous la pluie et avec beaucoup de vent. Une allure élevée dès le départ où l’on a pu voir du grand Laure, très à l’aise et toujours aux avant postes !

Claire nous a, quant à elle, montré énormément de progrès au niveau du placement. Plus peur de frotter et des virages très bien pris qui lui ont permis de rester à l’avant de la course.

Pour ma part, je me sentais également très sereine. Marjorie, Marie et Marine moins à l’aise sous la pluie se sont retrouvées dans un deuxième peloton. Nous avons tenté d’être présentes dans chaque attaque et de ne pas laisser partir de filles.

Malheureusement après de nombreux efforts, nous ne sommes pas parvenues à prendre la bonne échappée.
Claire, Laure et moi-même nous sommes donc retrouvées dans un second peloton constitué d’une dizaine de filles, en supériorité numérique, nous avons tenté de prendre les choses en main et d’organiser des relais afin de rentrer sur la tête de course.
Nos tentatives ont malheureusement échouées dû à un manque de motivation de nos adversaires.
Marie, victime d’une crevaison au mauvais endroit est contrainte à l’abandon. Nous avons donc poursuivit la course dans nos groupes respectifs.

Dans les derniers tours, conscientes que la situation n’évoluerait pas, Laure, Claire et moi avons discuté d’une stratégie de fin de course. Je décide de jouer ma carte de « rouleuse » en attaquant, je pars donc toute seule et mes coéquipières tentent de contrôler les adversaires.
Je me fais reprendre et devancer par Sophie Malet juste avant l’arrivée. Je termine donc 11ème, Claire 13ème, Laure 16ème. Dans le peloton, le Marjorie n’a pas baissé les bras et termine 23ème. Marine, malgré son manque d’entrainement a été courageuse et d’une très grande aide pour l’équipe.

Comme je le disais, pour la première compétition de son histoire, notre équipe a pris la 3ème place du prix d’équipe.
La saison est donc belle et bien lancée, et nous sommes toutes pleines d’envie et de motivation pour les prochaines échéances !

  • Le parcours t’a-t-il plu ?

Le circuit était plat avec de nombreux virages, il était donc très monotone. Cependant je suis plutôt rouleuse, et je suis à l’aise sur mon vélo donc il m’a bien convenu. Les difficultés étaient surtout les rafales de vent et la pluie, mais j’aime bien.

  • Es-tu Satisfaite des résultats et de tes performances ?

C’était la première de la saison, je ne savais donc pas vraiment où je me situais par rapport au reste du peloton. J’ai pris le départ très motivée et c’est plutôt bien passé. Je suis assez à l’aise sous la pluie et j’avais de bonnes jambes ce qui m’a permis de rester bien placée en début de course. Quand on reste derrière, on est beaucoup plus sujet aux chutes et aux cassures, surtout en début de course quand le peloton est encore groupé.

  • As-tu un numéro de dossard fétiche ou un que tu n’aimes pas porter ?

J’essaie de trouver un signe positif dans chacun de mes dossards afin de ne pas me mettre de mauvaises pensées en tête. Mais oui, j’ai tout de même un numéro fétiche, le 5 (mon jour de naissance et également celui de ma grand-mère paternelle et de mon filleul).

  • Quelle est la suite de ton calendrier ?

Le week-end du 1er mai, l’équipe fera ses premières coupes de France avec la « Mérignacaise » le 1er mai et « Les petites reines de Sauternes » le 3 mai, ça promet un bon petit week-end toutes ensembles ! Je vais également me concentrer sur les championnats d’Île-de-France sur piste et du contre-la-montre fin mai. À plus long terme, je représenterai la Nouvelle-Calédonie sur les championnats de France piste Elite début octobre. Ce sera une occasion de plus de me confronter au plus haut niveau national, de prendre du plaisir et d’emmagasiner davantage d’expérience !

Océane a également participé à deux autres courses. Voici son récit.

Mercredi 15 et jeudi 16 avril, je participais au championnat de France universitaire à Troyes où je représentais l’Université de Paris-Est Créteil. J’ai donc disputé mercredi après-midi le contre-la-montre, sur un circuit très exigeant de 12 kilomètres. Ce dernier était vallonné et comportait de nombreuses relances. On n’avait donc pas beaucoup de répit et rarement l’occasion d’emmener un braquet soutenu ce qui ne m’étais pas très favorable. Après avoir donné toute mon énergie je me classe 4ème, avec la déception sur le coup de manquer le podium mais finalement satisfaite de constater de réels progrès.

Le lendemain, avait lieu la course en ligne.75,3 kilomètres de course en partant de l’Université de Troyes, pour rejoindre le circuit du contre-la-montre de la veille. Dans le premier tour de circuit, quatre concurrentes s’échappent dans une bosse et je ne parviens pas à les suivre. Nous nous sommes donc retrouvées à six, mais nous n’étions que deux à rouler pour tenter de revenir sur la tête de la course. Nous n’y sommes pas parvenues et j’y ai laissé beaucoup de forces. La course était donc perdue et je me suis contenté de suivre jusqu’à l’arrivée. Je me classe finalement en 9ème position.

Je termine 4ème au classement du combiné (général du contre-la-montre et de la course en ligne). C’était une très bonne expérience et je repartirai certainement l’année prochaine. Félicitations à l’Université de Troyes pour l’organisation.

La suite de la saison des filles qui donne des Elle au vélo dans notre prochain carnet de bord. En attendant, nous leur souhaitons de belles courses et beaucoup de plaisir en roulant.

Rédigé par

Natacha Cayuela
Natacha Cayuela

Passionnée de vélo depuis ses dix ans, Natacha est la fondatrice du site qui ravitaille le cyclisme. Elle est également l'auteur du roman La Bonne échappée, où l'univers de la Petite Reine est mis à l'honneur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *