Sur un départ de Paris-Nice

En compagnie de Fumiyuki Beppu à Saint-Paul-Trois-Châteaux

  • samedi 12 mars 2016

En début du mois de mars, avant les grandes classiques de printemps, la Course au soleil offre une semaine remplie de spectacle et de péripéties entre Paris et Nice. Pas très loin de cette dernière, La Course des deux mers voit aussi des coureurs gagner en costaud à Tirreno-Adriatico. (lorsque les étapes ne sont pas annulées…).

Comme souvent, la Provence a accueilli les rescapés du peloton et tout un petit village mobile, afin de proposer ses routes escarpées comme terrain de jeux. L’an passé, c’est Rasteau, dans le Vaucluse, qui a rimé avec arrivée. Cette année, les cyclistes ont retrouvé le chemin de Saint-Paul-Trois-Châteaux, dans la Drôme. En ce vendredi 11 mars dernier, le départ y a été donné. Nous étions là pour y assister.

En passant sur les 15 premiers kilomètres de l’étape en voiture pour se rendre à Saint-Paul-Trois-Châteaux, une constatation a vite été faite : le vent sera l’invité du jour, et ce n’est pas vraiment une surprise. Le soleil a été lui aussi au rendez-vous, sans pour autant faire oublier que les degrés ne sont pas encore très élevés à cette période de l’année.

Les coureurs ont donc profité au maximum d’être au chaud dans leur bus, avant de sortir pour se rendre sur le podium de départ, afin de valider leur présence et pour saluer un public venu nombreux pour encourager les champions.

C’est alors que nous avons rencontré celui qui a porté le dossard numéro 152 sur cette édition 2016 de Paris-Nice. Ainsi, nous avons eu le plaisir d’échanger quelques instants avec le plus français des cyclistes japonais : Fumiyuki Beppu.

À Bientôt 33 ans, « Fumy » a entamé sa onzième année professionnelle, et sa troisième année avec son équipe actuelle Trek-Segafredo (auparavant Trek Factory Racing). Bien avant cela, il avait décidé de choisir le Sud de France comme terrain de vie, et a forgé ses gammes au Vélo-club La Pomme Marseille, de 2002 à 2004. Depuis, Fumiyuki est devenu un grand rouleur, et sans aucun doute un très bon coéquipier. À noter qu’il a terminé tous les grands Tours auquel il a participé. (Giro 2011, 2012, 2014 et 2015 ainsi que le Tour de France 2009).

C’est chez lui en Asie que son palmarès est le plus garni. Emblème du Japon, il a porté à plusieurs reprises le maillot de champion national, que ce soit sur la course en ligne ou en contre-la-montre. Cette année, il a été médaillé de bronze lors du championnat d’Asie sur route. De quoi peaufiner sa belle popularité acquise depuis toutes ces années.

Avec un tel parcours à l’horizon du jour, impossible de ne pas évoquer le Mont-Ventoux. Même s’ils n’allaient pas jusqu’au sommet enneigé, le « Mont-Chauve » reste un mythe pour les coureurs.

C’est ce que nous a confirmé le coureur japonais, revenant sur son Tour de France 2009. Pour lui, la redoutable montée reste un bon souvenir. C’était la dernière étape avant l’arrivée aux Champs-Élysées, ce n’était donc pas le moment de craquer. Le Ventoux a sans doute réussi à Fumiyuki car il a reçu le prix de la combativité le lendemain, sur la dernière étape du Tour. C’était d’ailleurs la première fois que non pas un, mais deux japonais ont terminé La Grande Boucle. (Le second étant Yukiya Arashiro).

Pour affronter les 198 kilomètres, Beppu a pris son déjeuner préféré : omelette, pain et miel. Quant à son vélo, il a été équipé en 39*28.

Il nous a alors confié qu’il aime bien lorsque ça grimpe. Résidant dans le département du Rhône, il connait bien les côtes formant le Beaujolais. C’est en nous précisant qu’il se rendra ensuite sur les classiques belges que nous avons laissé le coureur japonais se préparer.

N°10

N°9

N°8

N°7

N°6

N°5

N°4

N°3

N°2

N°1

N°10

N°9

N°8

N°7

N°6

N°5

N°4

N°3

N°2

N°1

Vidéo du départ

Reportage photos

Ce fût au tour de Salon-de-Provence d’accueillir les coureurs au terme de 198 kilomètres. Fumiyuki Beppu a terminé l’étape en 154ème position, à plus de 29 minutes du vainqueur Alexey Lutsenko (Astana).

Deux jours plus tard, le coureur japonais a terminé la Course au soleil, loin du vainqueur Geraint Thomas (Sky), certes mais avec nos honneurs et nos remerciements pour sa disponibilité.

Rédigé par

Natacha Cayuela - Coordinatrice pour cyclistes

Passionnée de vélo depuis ses dix ans, Natacha est la fondatrice du site qui ravitaille le cyclisme. Elle est également l'auteur du roman La Bonne échappée, où l'univers de la Petite Reine est mis à l'honneur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *