Fabio Felline, entre gagne et adrénaline

Lumière sur un italien tous terrains

  • mercredi 15 avril 2015

Au  mois d’avril, le début de saison a laissé place aux classiques printanières. Les hommes forts de ces trois premiers mois de l’année se sont distingués par leurs bras levés aux arrivées, certains n’en finissant plus de gagner. Parmi ces hommes déjà victorieux, un coureur italien s’est révélé au fil des courses auxquelles il a participé : Fabio Felline.

 C’est à Turin, en Italie que la vie de Fabio Felline a débutée le 29 mars 1990. Seulement vingt ans plus tard, il est passé professionnel Chez Footon-Servetto. Cette année-là, il a couru pour la première fois en France et déjà, il a offert à son équipe sa première victoire professionnelle : le Circuit de Lorraine.

Puisque ce pays voisin lui a réussi, autant y rester pour y pédaler. Seulement deux mois après cette victoire et du haut de ses vingt ans, il a pris le départ du Tour de France 2010 où il a été le plus jeune à s’élancer. Sauf que sa Grande Boucle s’est achevée seulement après huit étapes, la faute à une chute qui ne lui a pas permis de repartir le lendemain.

L’année suivante, l’équipe de Fabio a changé de nom pour devenir Geox-TMC. Elle a également été reléguée au statut continental professionnel, ce qui n’a pas empêché le coureur italien de remporter une étape du Brixia Tour et d’accumuler les Top 10 tout au long de la saison.

En 2012 et 2013, Felline a couru chez Androni Giocattoli-Venezuela. Il a participé aux Giro qu’il a terminés aux alentours de la 45ème place, et s’est offert quelques belles victoires comme le Tour des Apennins 2012 et la deuxième étape du Tour de Slovénie en 2013.

L’an passé, le coureur de Turin est arrivé chez Trek Factory Racing. Le moins que l’on puisse dire, c’est que sa première année dans l’équipe américaine a été très discrète. Il a tout de même terminé deux grands Tours : le Giro à la 96ème place et la Vuelta à la 105ème position.

Le cycliste a certainement passé un bon hiver, car en ce début de saison 2015, il a su se montrer à son avantage plus d’une fois et n’a pas manqué de s’imposer et ainsi se révéler. Car en remportant le contre-la-montre et le classement par points du Critérium International (de quoi passer un joyeux anniversaire !) puis la deuxième étape du Tour du Pays basque, Fabio nous a rappelé sa bonne pointe de vitesse, que ce soit en sprint comme en effort solitaire. Les places d’honneurs qu’il a aussi accumulé le confirment : l’homme est tous terrains et peut se montrer redoutable, notamment sur les courses d’une semaine tout comme sur les classiques. Il l’a d’ailleurs prouvé de nouveau aujourd’hui en terminant la Flèche Brabançonne en septième position.

À 26 ans, que nous réserve Fabio Felline et sa classe à l’italienne ? Parviendra-t-il à conserver sa forme tout au long de la saison

– et de celles à venir – ? Quelle est sa marge de progression ? Pour le savoir, rendez-vous aux prochains résultats.

Rédigé par

Natacha Cayuela - Coordinatrice pour cyclistes

Passionnée de vélo depuis ses dix ans, Natacha est la fondatrice du site qui ravitaille le cyclisme. Elle est également l'auteur du roman La Bonne échappée, où l'univers de la Petite Reine est mis à l'honneur.

This Post Has 3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *