Florian Hudry : du team Vulco à l’UC Monaco

Des présentations aux ambitions

  • lundi 28 décembre 2015

En cette période de fin d’année et de stage pour les coureurs, Au bon dossard est allé à la rencontre du jeune coureur Florian Hudry, nouvelle recrue de l’UC Monaco pour 2016, qui nous parle de sa saison 2015 au team Vulco Vaulx-en-Velin, de son choix pour ce nouveau club, et de son stage.

  • Bonjour Florian, Peux-tu te présenter pour nos lecteurs ?

Je m’appelle Florian Hudry, j’ai 21 ans et je suis coureur cycliste à l’UC Monaco et étudiant en commerce. J’habite actuellement à Monaco et je suis des Menuires (Savoie). J’ai toujours fait du vélo depuis que j’ai su en faire. Mais c’est après avoir fait huit ans de ski alpin au sein du ski-club de Val Thorens que j’ai réellement commencé le vélo en compétition à l’âge de 16 ans. Je faisais du vélo l’été en préparation physique pour le ski.

Je suis actuellement en dernière année de CESNI en DUT Technique de commercialisation. C’est un sport-étude qui se déroule en trois ans où j’ai cours seulement le matin.

  • Pratiques-tu d’autres sport en dehors du cyclisme ?

En pleine saison non, le vélo me prend déjà tout mon temps. Mais à l’inter saison, à la reprise en novembre jusqu’à fin décembre j’aime bien marcher en montagne, faire du ski de randonnée, alpin ou de fond. Je vais aussi quelques fois à la piscine et je fais un peu de course à pied.

  • Quel bilan tires-tu de ta saison 2015 ? En es-tu satisfait ?

Après un début de saison compliqué avec beaucoup de chutes en course et mon accident à l’entraînement fin mars, j’ai plutôt bien rebondi sur le Tour du Val d’Aoste où j’ai terminé premier français. J’ai fini la saison avec 71 jours de courses ; j’ai senti une progression mais je pense avoir encore une grande marge.

  • Y-a-t-il une course à laquelle tu as préféré participer ?

Oui : le Val d’Aoste qui me convient parfaitement, puis le Tour des Pays de Savoie, la Ronde de l’Isard et la Vuelta Bidassoa.

  • Pratiques-tu ou as-tu pratiqué les autres disciplines de ce sport (Bmx, piste, cyclo-cross…) ?

Je fais un peu deVTT à l’automne comme de la piste pour ma préparation hivernale.

  • Combien d’heures de vélo fais-tu environ par semaine ?

Cela dépend à quel moment de la saison, en moyenne entre 15 et 20 heures.

  • Tu as opté pour l’UC Monaco pour la saison 2016, qu’est-ce qui a motivé ton choix ?

Je cherchais une équipe avec un programme de courses qui me convenait mieux, c’est-à-dire plus axé montagne. Après avoir été en contact avec plusieurs équipes, c’est le projet de l’UC Monaco qui m’a le plus séduit.

  • Peux-tu nous présenter un peu plus ton club ?

L’UC Monaco est un club assez jeune, qui a le projet de monter un grand centre de formation mondial dans l’équipe Espoirs U23 élite dont je fais partie, qui est la vitrine du club. Nous sommes neuf coureurs avec huit nationalités différentes. Le but du club est de nous faire passer à l’échelon supérieur, dans le rang professionnel.

Le club dispose d’une maison sur les hauteurs de Monaco, c’est ici que je vais habiter dès janvier et c’est ici que l’équipe se réunit pour les stages.

  • Selon toi, que va t’apporter cette nouvelle équipe ?

Beaucoup de choses. Tout l’encadrement fait beaucoup pour nous mettre dans les meilleures conditions possibles. Le fait d’habiter dans la maison du club à Monaco avec les autres coureurs et aussi très motivant.

  • Tu as été en stage avec ton nouveau club justement. Comment s’est-t-il passé ?

Nous étions que six coureurs car les trois autres n’arriveront qu’en janvier. Pour ma part, je ne connaissais aucun de mes coéquipiers tous étrangers sauf un compatriote français : Lucas Gehin. J’avais juste rencontré le manageur de l’équipe et le président de la fédération monégasque lors d un entretien en septembre.

Le feeling est vraiment bien passé avec tous les membres du staff et mes coéquipiers. Nous avons eu plusieurs réunions ainsi que la signature du contrat avec la présence du président du club. Puis nous avons effectué des sorties de vélo du côté de Nice et de la frontière italienne.

  • Ce stage était-il différent que les précédents ?

C’était aussi très convivial à Vaulx-en-Velin où je garde de très bons souvenirs. La différence est que du fait que nous sommes moins nombreux (9 contre 16 à Vulco), le staff nous met vraiment en confiance et chaque coureur a un rôle bien défini, déjà pensé lors du recrutement.

  • Qui te suit dans ton aventure ?

J’ai la chance d’avoir beaucoup de personnes qui me suivent. Dans un premier temps, ma famille et mes amis bien sûr, mais aussi mes sponsors comme la station des Menuires qui me soutient depuis 2013, Euro 3 Vallées Propreté, dont je suis très proche du président, ainsi que le magasin Mout’N Bike à Moûtiers. Avec mon arrivée à Monaco, mon fan-club a été créé par un jeune passionné de vélo : Romain Bottagisi que je remercie.

Et de manière générale, chez moi en Tarentaise et notamment dans la vallée des Belleville, tous le monde me connait plus ou moins et les gens me demandent régulièrement des nouvelles. C’est aussi une source de motivation de savoir qu’il y a autant de personnes qui me suivent et qui m’encouragent.

  • Y-a-t-il un numéro de dossard que tu aimes porter ? Ou un que tu préfères éviter ?

Je ne suis pas superstitieux. Dans le vélo et dans le sport de haut niveau où même dans la vie en général, il faut croire en soi. Je ne fais jamais attention au numéro de mon dossard. Par contre, j’ai plus d’affectation pour certaines courses.

Nous remercions Florian pour sa disponibilité et nous lui souhaitons à lui et aux clubs une belle saison 2016 que nous ne manquerons pas de suivre.

Rédigé par

Natacha Cayuela
Natacha Cayuela

Passionnée de vélo depuis ses dix ans, Natacha est la fondatrice du site qui ravitaille le cyclisme. Elle est également l'auteur du roman La Bonne échappée, où l'univers de la Petite Reine est mis à l'honneur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *