La folle saison de Fanny Zambon

Au rythme des couleurs tricolores

  • jeudi 26 octobre 2017

Crédit photo : Patrice Fouques

 

 

Lorsque nous l’avions rencontrée l’an passé, elle avait 20 ans, et déjà beaucoup de talent. Un an plus tard, c’est avec plaisir que nous retrouvons celle qui a certainement accompli plus que des objectifs fixés, puisqu’elle est devenue Championne de France sur route espoirs cette saison. Donnons la parole à Fanny Zambon. 

  • Bonjour Fanny ! Tout d’abord, comment ça va ? Dans quel état d’esprit es-tu ?

Bonjour ! Tout va bien. Je suis en coupure depuis cette semaine, je profite de ce temps libre à 100% !

 

  • Si on te demande de choisir un moment clé de ton année, on pense forcément à ton titre de Championne de France sur route espoirs et à la superbe course que tu as menée. Peux-tu nous décrire ce que tu as vécu et ressenti ce jour-là ?

Je me sentais en bonne forme cette semaine la, même si j’avais raté mon chrono. Au départ, la course s’annonçait ouverte car il y avait beaucoup de vent. Je suis partie sans me fixer d’objectif de résultat mais je voulais prendre l’échappée. Après 30 kilomètres, nous étions un groupe à l’avant et le peloton revenait. J’ai attaqué pour relancer l’allure et Charlotte m’a accompagné. Nous avons bien collaboré toutes les deux, je ne savais pas si on irait au bout mais il fallait tenter sa chance, et cela aiderait l’équipe. C’est à un tour de l’arrivée quand j’ai réussi à basculer avec le groupe de tête au sommet de la bosse que j’ai pensé que j’allais gagner.

Une fois la ligne passée, on ne réalise pas vraiment… J’ai eu un très beau podium, les filles de l’équipe ont chanté la Marseillaise et j’ai pu partager ce moment avec mes parents, mon entraîneur et mon comité qui était présent sur place. On a ouvert pas mal de bouteilles de champagne depuis, que ce soit le soir ou à plusieurs reprises au mois de juillet !

 

  • Avant que cela devienne réalité, gagner ce maillot était-ce un rêve, ou carrément un objectif ?

J’ai vu des filles devenir championne de France sur route deux années de suite au sein du comité (Emilie Rochedy et Léna Gérault) mais je n’imaginais pas pouvoir le faire un jour. Je ne croyais peut-être pas assez en mes capacités, comme quoi sur une course d’un jour tout est possible…

 

  • Avec le recul, ce titre a-t-il changé des choses en toi et autour de toi, que ça soit en vélo ou dans ton quotidien ?

Cela m’a permis de faire de belles courses en équipe de France cet été (Championnat d’Europe, Coupe du monde de Plouay, Tour de l’Ardèche international Féminin) ; on découvre le très haut-niveau et on repousse ses limites !

Ce titre a surtout été une reconnaissance de tout le travail effectué et a rechargé ma motivation pour poursuivre ce sport et continuer à progresser malgré toutes les difficultés qui peuvent exister dans la vie de sportif.

 

  • Autour de ce superbe résultat, peux-tu nous parler du reste de ta saison ? En es-tu satisfaite ?

J’ai évolué cette saison au sein de la DN Rhône-Alpes pour la troisième année consécutive. Il y a plus de niveau et de moyens qu’avant, ce qui nous a permis d’aller sur de belles courses, comme par exemple le Giro della Campania in Rosa en mai (quatre jours autour de Naples).

J’ai eu une condition physique en « montagnes russes » en début de saison avec des jours bien comme sur la Coupe de France d’Izernore où je n’ai pourtant pas saisi ma chance, et des jours sans, comme le Grand-Prix de Plumelec, qui fut une grosse déception.

La forme est venue courant juin et durant l’été. Je suis déçue de n’avoir pas fait plus de courses à étapes, suite à l’annulation du Tour de Bretagne féminin, du Trophée d’or… mais un très bon souvenir reste le Championnat d’Europe avec une super équipe et une belle course !

 

  • Prends-tu toujours autant de plaisir à jongler entre la route et la piste ?

Je préfère la route car les efforts sont plus longs et l’entraînement extérieur. Mais j’aime faire de la piste ponctuellement. Nous avons notamment terminé deuxième des Championnats de France de poursuite par équipe cette année avec le comité Rhône-Alpes, c’était sympa et formateur de rouler avec des filles expérimentées dans cette discipline.

 

  • Tu as récemment participé à la Gentleman Véloscopie avec Clément Chevrier. Que gardes-tu de cette expérience ?

C’était un peu comme une séance de derrière de scooter… j’ai tout fait dans sa roue ! Mais il a quand même trouvé qu’on roulait bien ! La différence de niveau fille/garçon est importante mais grâce à l’aspiration on a été bien plus vite que ce que j’aurai fait toute seule.

 

  • T’arrives-t-il souvent de t’entraîner avec les hommes ?

Parfois oui, avec mon entraîneur surtout, quelques fois avec Clément, des pass de mon club… C’est un peu dur dans les bosses mais sur le plat on suit !

 

  • La prochaine saison se profile déjà à l’horizon. Comment vas-tu la préparer et l’aborder ?

Je vais changer d’entraîneur en 2018. J’étais en collaboration avec Julien Guiborel depuis plusieurs années mais il ne pourra plus s’occuper de moi la saison prochaine. Il y aura probablement un travail pour progresser techniquement sur le vélo cet hiver. D’autres sports que j’adore aussi comme le trail.

J’aborde la saison très motivée, même si je suis encore en coupure pour le moment. J’espère honorer ce maillot bleu, blanc, rouge.

 

  • Quels seront tes objectifs ?

Une médaille en Championnat de France restera un objectif prioritaire. Je veux aussi passer un cap sur les manches de Coupe de France et participer à des sélections équipe de France sur des courses que je n’ai pas découvertes.

 

  • En parallèle comment se déroulent tes études en école d’ingénieurs ?

Je suis encore en première année puisque je l’ai dédoublée. J’ai de bons horaires, la formation est intéressante avec une partie technique/scientifique, une part économique et des projets en groupe. Ça fait bizarre de se dire que ma première promo sera déjà diplômée en fin d’année, mais je ne regrette pas mes détours… j’arriverai au même point d’ici quelques années.

 

  • Parviens-tu à peaufiner ton anglais ?

Doucement mais surement ! Un départ à l’étranger se profile toujours…

 

  • Un grand bravo et merci à toi ! On se retrouve l’an prochain pour un nouveau petit Plat ?

Merci ! Et à bientôt sur cette nouvelle version du site !

Rédigé par

Natacha Cayuela
Natacha Cayuela

Passionnée de vélo depuis ses dix ans, Natacha est la fondatrice du site qui ravitaille le cyclisme. Elle est également l'auteur du roman La Bonne échappée, où l'univers de la Petite Reine est mis à l'honneur.

This Post Has 2 Comments

  1. JT

    Hi Au bon dossard,

    I saw you tweeting about ai and I thought I’d check out your website. I really like it. Looks like Au bon dossard has come a long way!

    Building a mailing list like you are is so important too, I think people would really like to be signed up to what you have to share.

    Good job on the social buttons, social media is so powerful these days

    Good job with the Yoast plugin SEO is so important these days.

    Also places like axtschmiede.com are worth checking out.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *