La Gazette de Lucas Papillon – Étape 6

Étape 6 - Entre récupération, préparation et... épilation

  • vendredi 11 décembre 2015

Place à la dernière étape 2015 de la Gazette de Lucas Papillon. Le coureur du CR4C Roanne nous parle de la trêve hivernale, de l’importance de la récupération en vue d’une belle future saison.

 Nous étions début octobre lorsque nous avons rédigé la cinquième étape de ton journal. Comment vas-tu depuis ?

Ҫa va plutôt bien. J’ai bien profité de la coupure hivernale, quatre semaines complètes sans activités physique pour ma part, afin de me ressourcer physiquement mais aussi psychologiquement. C’est l’occasion aussi de soigner les bobos, de faire pas mal de choses que l’on ne prend pas le temps d’effectuer en saison.

  • Qu’as-tu fait pour compenser ?

C’était du repos complet. Autant je ne manque jamais un entraînement en saison, autant je sais l’importance de cette coupure entre deux saisons. Elle délimite en grande partie notre cadre de performance de la saison suivante. Ne pas assez se reposer compromet une année entière par la suite. Je m’impose donc vraiment un repos total pour bien me ressourcer.

D’habitude, je coupais trois semaines, mais cette année, ça a été quatre semaines. Je l’ai décidé et fixé avant de couper ; j’ai fait plus de 70 jours de courses en 2015, et une saison pleine. Il fallait assurer mes arrières pour la saison 2016 en étant sûr de ne pas repartir avec des résidus de fatigue.

  • Comment gères-tu cette trêve hivernale ?

En coupure, c’est repos, quelques soirées, cinéma, restaurant, salon… J’en profite pour voir plus souvent la famille et les amis aussi. Une fois l’heure de la reprise sonnée, j’essaie d’alterner les sports sur un cycle de PPG de cinq semaines. Je fais essentiellement de la natation avec des exercices respiratoires. Je nage bien donc ça me permet de faire du qualitatif. Je travaille trois fois par semaine en musculation, je fais des sorties VTT ou de route (mais j’évite de trop faire de vélo de route à cette période). Je fais aussi du renforcement musculaire sur tapis tous les jours.

  • Quels conseils peux-tu donner pour passer le meilleur hiver possible et pour préparer la prochaine saison ?

Question compliquée tant il y a de réponses possibles. Je pense que chacun a ses habitudes et ses sports qui le font progresser et évoluer. En tout cas pour ma part, je suis sûr qu’il faut être très minutieux dans cette période. C’est vieille école, mais je trouve le dicton « les courses de l’été se gagnent l’hiver » vrai. Notre préparation hivernale, c’est les fondations de notre saison, du moins selon moi, c’est le cas en général.

  • Abordons un sujet que l’on évoque peu et qui concerne pourtant les cyclistes : l’épilation ! Quels sont tes secrets pour avoir des jambes parfaites ?

Ce n’est pas un grand secret. Pour moi c’est le rasoir. L’hiver passé, je m’épilais de temps en temps, je ne crains pas mais c’est une méthode qui ne convient pas trop à ma peau.

  • À quels moments est-t-il préférable de s’épiler ?

Il y a cette idée dans le milieu qu’il ne faut pas se raser/s’épiler la veille des courses car ça perturberait l’influx nerveux. Pour ma part, je n’y crois pas trop, que ce soit la veille ou l’avant veille, cela m’arrive dans les deux cas.

  • Et entre deux saisons, tu t’y tiens, ou tu t’abstiens ?

Non pas pendant les quatre semaines de coupure, mais après je reprends, on s’y habitue vite.

  • Quels sont les prochains grands rendez-vous pour toi et le C4RC Roanne ?

Nous avons eu le stage cohésion le week-end dernier. Maintenant, le prochain rendez-vous officiel est la remise des vélos début janvier et le stage en Espagne à Calpe durant la dernière semaine de janvier. En attendant, je vais me préparer normalement.

  • As-tu déjà des objectifs précis pour le début de saison ?

Précis, non. Nous avons eu le calendrier de courses prévisionnel que le week-end passé d’ailleurs. J’étudie cela pour le moment. Je ne m’avance pas trop même si dans un coin de ma tête, j’aimerais arriver compétitif au Grand Prix d’Aix-en-Provence, ouverture de la Coupe De France. D’une façon générale, le début de saison est important, une bonne entame permet d’amener de la sérénité qui est un facteur de réussite essentiel.

Rédigé par

Natacha Cayuela
Natacha Cayuela

Passionnée de vélo depuis ses dix ans, Natacha est la fondatrice du site qui ravitaille le cyclisme. Elle est également l'auteur du roman La Bonne échappée, où l'univers de la Petite Reine est mis à l'honneur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *