Hugo Revillard présente le Challenge RGT d’Otakam

Des e-cyclosportives comme si vous étiez

  • mercredi 28 avril 2021

En cette période toujours complexe où nos déplacements sont limités, autant trouver de bonnes activités pour s’occuper de manière enrichissante et agréable. C’est dans cette optique que notre partenaire Otakam organise des compétitions rimant avec « Restons à la maison ». Au fil des paysages de vraies cyclosportives, pédalez depuis chez vous et défiez-vous entre amis ! Bonus supplémentaire à ces entraînements cassant la routine du home-trainer : des cadeaux sont à remporter ! Votre index de performance en sera la clé…

Ce Plat va vous transmettre les ingrédients nécessaires pour valider votre inscription, et bien plus encore. Pour cela, il a été concocté en compagnie d’Hugo Revillard, membre de l’équipe d’Otakam.

 

Présentation du challenge by Otakam

 

  •  Bonjour Hugo, après avoir partagé un mets avec Gaëtan Lemoine, nous sommes ravies de faire ta connaissance ! D’ailleurs, si tu commençais par nous parler de toi ?

Bonjour, tout d’abord, merci pour cette rencontre et pour votre intérêt. Je suis Hugo Revillard, j’ai 21 ans. Au niveau géographique, difficile de me poser ! Je suis originaire des Alpes et de Grenoble, mais j’étudie actuellement à Marseille en école de commerce, à Kedge Business School.

Actuellement, je suis à Toulouse, et ce jusqu’à la fin du mois de juin, dans le cadre de mon stage de césure pour Otakam. Et je suis déjà à la recherche d’une nouvelle expérience pour la deuxième partie de l’année, donc vous l’aurez compris, je bouge beaucoup ! À côté de ça, je suis passionné par le vélo et le sport en général.

 

  • Justement, quel est ce lien qui t’unit avec le vélo ?

C’est une histoire de famille ! Je suis monté sur un vélo de route pour la première fois à l’âge de 13 ans. Deux ans plus tard, en 2015, j’ai pris ma première licence dans un club près de chez moi à Saint-Martin-d’Hères : l’ESSM. C’est là que j’ai appris à rouler en peloton, dans les rangs juniors. Je suis maintenant licencié au GMC38, club de Grenoble, en troisième catégorie.

Je m’entraîne régulièrement, cinq à six fois par semaine. Ce que j’aime dans le vélo, c’est le fait de pouvoir s’évader, de grimper des cols, de découvrir des paysages que je n’aurais pas l’occasion de connaître si je faisais un autre sport. Je recherche également la performance et l’esprit de compétition, le besoin de me surpasser et de me défier aux autres. De toute façon, il faut ça pour progresser !

 

Photo via Hugo R.

 

  • Comment vis-tu la crise sanitaire et ses impacts sur la pratique du cyclisme ?

Quand on aime être en extérieur, le fait d’être restreint dans un petit périmètre n’est pas toujours facile. Le plus difficile, c’est l’annulation des courses. S’entraîner sans objectif ni perspective, c’est assez compliqué pour conserver de la motivation. Mais je suis plutôt optimiste, j’attends avec impatience l’été, j’ai plein de beaux projets, et je me dis que j’ai quand même la chance de pouvoir m’entraîner, comparé à d’autres sports qui se pratiquent en intérieur (handball…). Et puis il y a le home-trainer, c’est un bon complément !

 

  • En parlant de home-trainer, que penses-tu de cet outil ? Quelles applications utilises-tu ?

Honnêtement, je pense que c’est une superbe alternative avec le contexte actuel ou pendant la période hivernale, mais ça ne remplace pas l’entraînement en extérieur. Comme presque tout le monde, j’utilise Zwift, surtout pour des séances de récupération ou pour faire des exercices spécifiques. Depuis quelques temps, j’ai découvert l’application RGT, et c’est un bon complément, les parcours proposés sont super sympas (Cap de Formentor, le Stelvio…).

 

  • Tu es donc stagiaire à Otakam. Peux-tu nous rappeler vos missions et décrire tes rôles au sein de l’entreprise ?

Otakam est une plateforme toulousaine spécialisée dans l’analyse des datas et des performances sur les courses cyclistes. Elle aide les coureurs à mieux se connaître et à progresser, notamment grâce à un indicateur de performance inédit.

D’abord implantée dans le monde du cyclosport, l’entreprise se développe peu à peu sur d’autres segments, et de nouveaux projets sont en cours. Nous nous spécialisons dans la prévision d’effort, en particulier sur les épreuves en contre-la-montre, et de belles échéances sont à venir. Nous sommes actuellement en contact avec des équipes professionnelles World Tour ; j’espère vraiment que ça va aboutir.

Pour ma part, je suis en charge de la communication et du marketing de l’entreprise. Je m’occupe des relations avec les partenaires et de la gestion des réseaux sociaux. En parallèle, je travaille sur l’analyse du marché du « Sport Santé », dans le cadre d’un produit que nous comptons lancer prochainement.

Je remercie Jérôme Legenne, fondateur de l’entreprise et passionné de vélo, pour la confiance qu’il m’accorde.

 

  • Vous venez donc de créer un challenge que vous organisez via la plateforme RGT. Dis-nous tout sur ces compétitions spéciales !

En effet, depuis plus d’un an et le début du confinement, nous sommes également très actifs dans l’univers de l’eSport. Le développement de la pratique sur home-trainer y est pour quelque chose.

Après avoir créé des épreuves sur Zwift l’année dernière (e-Ariégeoise, e-Héraultaise et e-Bosses de Provence), nous avons lancé ce mois-ci le Challenge Cyclosport RGT, qui se déroule donc sur la plateforme du même nom.

Le principe est simple : du 24 avril au 22 mai, nous invitons les amoureux de vélo à participer à cinq grandes cyclosportives sous format virtuel : l’Héraultaise, l’Ariégeoise, la Châtel Chablais Léman Race, la Campilaro Cévennes et la Pyrénéenne.

Tous les samedis à 10 heures, vous pouvez prendre part à ces épreuves sur l’application RGT, et emprunter une portion des vrais parcours proposés par les organisateurs. Il suffit de télécharger gratuitement l’application (tuto disponible sur le site Elles font du vélo) et d’avoir un home-trainer. C’est un bon moyen de se retrouver et de se préparer pour les échéances de la deuxième partie de l’année.

 

Détails de l’e-Argiégeoise by Otakam

 

  • On a évoqué plus haut l’indicateur de performance ; peux-tu nous le détailler ?

Otakam propose un indicateur de performance qui fonctionne aussi bien pour les courses réelles que virtuelles. Une Perf OTK est attribuée à chaque coureur, selon son classement, la difficulté de l’épreuve (dénivelé, distance…), le nombre et le niveau des participants. Pour faire simple : plus votre indicateur est bas, meilleure est votre performance.

Ce système permet au coureur d’analyser l’évolution de ses performances tout au long d’une saison, que ce soit en cyclosport ou en format virtuel. Il peut également mesurer son niveau par rapport aux autres concurrents. En quelque sorte, l’indicateur Otakam est « l’ELO du vélo ».

 

  • Un complément pour terminer cette recette ?

Un grand merci pour cet entretien. J’ai hâte de pouvoir accrocher le premier dossard de la saison, de rouler en peloton et de boire un coup en terrasse sous le soleil, sans la moindre restriction. Le reste suivra !

 

Photo via Hugo R.

 

 

Merci à Hugo Revillard pour ces nouvelles de notre partenaire comme pour nous avoir présenté ces compétitions auxquelles vous pouvez participer. Pour en savoir plus, vous pouvez suivre leur page Facebook et vous inscrire sur le site d’Otakam.

 

 

Pédalez – Performez – Gagnez !

Rédigé par

Natacha Cayuela - Coordinatrice pour cyclistes
Natacha Cayuela - Coordinatrice pour cyclistes

Passionnée de vélo depuis ses dix ans, Natacha est la fondatrice du site qui ravitaille le cyclisme. Elle est également l'auteur du roman La Bonne échappée, où l'univers de la Petite Reine est mis à l'honneur.