Insolite : en immersion avec les coureurs du Vital Concept – B&B Hotels

Sur les routes du Tour du Haut-Var Matin

  • dimanche 10 mars 2019

Quel passionné de vélo en a jamais rêvé ? Être au cœur de l’événement, en plein dans l’action. Pas sur le bord des routes, mais dans la course ! Et ainsi pouvoir assister aux exploits des coureurs comme des suiveurs au plus prêt.
Pour certains, ce rêve est de venu réalité. C’est le cas pour Sonia Cordero, grâce à un concours organisé par l’équipe Vital Concept – B&B Hotels. Elle a ainsi assisté à la troisième et dernière étape du Tour du Haut-Var, qui s’est déroulé le dimanche 24 février dernier.

 

C’est donc avec plaisir que nous remontons le temps afin de laisser la parole à notre ancienne collaboratrice afin de partager ces moments intenses à ses côtés.

~ Concours gagné ~

J’ai eu la chance de faire partie des gagnants du sponsor Noret, qui avait lancé un tirage au sort sur leur page facebook. Une semaine avant le début de l’événement, ils ont annoncé les noms des trois gagnants (un pour chaque étape du Tour du Haut-Var) et j’ai eu le privilège de faire partie de ceux-ci . Pour moi, ça sera pour la dernière étape, lors du dimanche 24 février.
Quelques jours avant le jour en question, j’ai reçu le mail avec toutes les infos, puis j’ai confirmé ma présence et c’est parti !

 


~ Début de journée ~

Après modification du lieu, on s’est donné rendez-vous à Toulon à 10h30. On sera accompagné de deux représentants Orbea et trois représentants de B&B Hotel. On discute tranquillement en attendant les responsables de l’équipe. On sera également accompagnés par Isabelle, la responsable du sponsor B&B Hôtel ainsi que de Thibaut, responsable communication (en charge de ce projet d’immersion) et de Sébastien Pineau.

Une fois tous réunis, embarquement dans les deux véhicules de l’équipe ; direction La Londe pour le départ de la course. Sur place, on a droit à une petite présentation des vélos, de l’équipe et quelques rencontres avec les membres du staff. Puis on annonce le déroulement de la suite.

Sur le lieu de départ, on profite de vingt minutes de quartier libre pour faire le tour des bus des autres équipes. Je n’ai jamais vu autant de monde à un départ de course !

Autour du bus, l’ambiance est encore à l’étape de la veille où trois coureurs étaient dans l’échappée et ont animé la course comme il se doit, ne manquant pas grand chose à Pierre Rolland. Mais tournée aussi sur les chutes de la plupart du peloton provoqué par le Mimosa écrasé sur les routes dans le final.
J’en profite pour dire bonjour à quelques coureurs puis petite rencontre avec Justin Mottier de l’équipe qui trouve que c’est une très bonne idée de faire vivre la course de l’intérieur à des passionnés. J’en profite pour faire une nouvelle photo avec Jimmy Turgis, toujours aussi sympa !


~ Au cœur du Tour du Haut-Var Matin ~

Ensuite, place aux choses sérieuses ! Retour dans les véhicules de l’équipe et direction le kilomètre 39 pour suivre la course. On nous dit que ça va être sportif comme journée, et que l’on risque d’être bien fatigués. Puis on nous annonce le programme de la journée en décortiquant le road book et en avant !

Ce premier trajet sera le plus cool niveau vitesse et tension de ce qu’on l’on va effectuer. En attendant les coureurs, pause repas aves de très bon mets concoctés par les cuisiniers de l’équipe. Puis distribution pour nous de casquettes.  On a la mission de faire une petite distribution de drapeaux aux couleurs de l’équipe et notre mission et d’encourager « la Bague » (Yoann Bagot) présent dans l’échappée du jour.

À 14H18, les coureurs sont là et ça y est, c’est parti en mode « Allez Yoann ! » et comptage des men in glaz dans le peloton :  le compte est bon !

Une fois la voiture balai passée, on embarque très vite dans la voiture ; direction le point deux, en dépassant les voitures arrêtées par les gendarmes. Le trajet est physique, mieux vaut se tenir tant ça va vite ! Une petite modification a ajouté un nouvel arrêt, ce qui nous permet de profiter du passage des coureurs. On repart nous aussi au pas de course pour ne pas gêner le bon déroulement de l’épreuve.

Vers 15h20, on arrive enfin au vrai point deux où l’on poste la voiture aux côtés de celle de l’équipe Direct Énergie pour un petit ravitaillement des coureurs. Distribution de drapeaux aux spectateurs et nouveaux encouragements pour la team. On n’a pas hésité de dire à tout le monde d’encourager Yoann avec nous ! Mission accomplie : il aura droit à une trentaine de : Allez Yoann à son passage et on aura droit a un sourire de sa part.

Après le passage de la voiture balai, retour dans la nôtre, direction le Mont Faron pour l’arrivée, où on va même rattraper le peloton pendant quelques kilomètres, donc suivi à l’arrière de la course.


~ Fin de l’étape ~

Je crois que je n’ai jamais vu une montée du Faron aussi rapide et physique que celle vécue ce jour là. Ҫa commençais même à faire mal au cœur sur la fin mais c’était tellement beau à vivre ! Surtout quand on voit les spectateurs déjà nombreux, qui sont tous montés à pieds ! Du coup, le stock de drapeaux diminue dans le Faron ; les personnes présentes dans cette montée finale sont contentes d’avoir ces drapeaux bretons verts et certains en demandent même pour les enfants ou le reste de la famille. Ils nous ont pris pour la caravane publicitaire de la course ! Et sans rien qu’on demande, ils nous répondent quasiment tous : « allez Pierre Rolland ! »

On est donc libre de suivre l’arrivée mais pas le podium car on doit redescendre aux bus juste après, et avant le podium. Rendez-vous à 17h00 à la voiture pour la descente.

Postés à 200 mètres de la ligne pour l’arrivée, on peut voir les cadors se battre pour la victoire et les rictus de fatigue des coureurs qui ont tout donné. Alors que Thibaut Pinot et Romain Bardet luttent pour la gagne, les hommes verts eux luttent pour finir pas trop loin des meilleurs. Cyril Gautier conservera son maillot de meilleur grimpeur, une joie pour l’équipe. On peut le voir à l’arrivée, il a vraiment tout donné !

 

Cyril Gautier photographié par Sonia Cordero

 

Assister à une arrivée au Faron… mon dieu quelle émotion ! Habitant pas loin de Toulon et en connaissant le Faron mais n’ayant pas eu l’occasion d’y voir une course, je suis vraiment très émue.

Les derniers coureurs n’ont pas encore franchi la ligne d’arrivée que nous terminons la journée en redescendant aux bus des équipes et à nos véhicules. Pour ne pas gêner la course, on descend par l’autre versant du Faron (plus facile car la pente est moins raide).

Arrivés aux bus, on fait le tour des véhicules de l’équipe pour dire merci et au revoir, on nous donne une petite écharpe et le staff de l’équipe nous dit qu’on a été top et qu’ils seront ravis de nous revoir sur une prochaine course. Une dernière photo devant les véhicules de l’équipe et je rejoins ma voiture qui est située prés des bus AG2R La Mondiale et de la Groupama-FDJ , me permettant de voir quelques coureurs avant qu’ils ne partent pour d’autres aventures.

C’est là que l’on voit Cyril Gautier venir auprès de son ancienne équipe demander des cales car leur bus est coincé. Comme il était garé dans l’herbe, la terre s’est ramollie avec les douches des coureurs et la boue a embourbé le bus ! La soirée se termine donc avec le staff qui cherche le plus de cales possible pour le sortir de là. Se faisant tard je suis partie de Toulon avant la fin de cet imprévu.


~ Des moments gravés ~

Pour résumer, vivre une course de l’intérieur pour une vraie passionnée de cyclisme comme moi, ça n’a pas de prix et c’est vraiment une expérience formidable à vivre au moins une fois dans sa vie !

Je tiens à nouveau à remercier Noret pour l’organisation de ce concours et m’avoir ainsi offert cette opportunité. Bien évidement, un grand merci à l’équipe Vital Concept-B&B Hotels pour leur formidable accueil. Voilà qui m’a permis de connaître un peu mieux cette équipe de l’apprécier encore plus, avec l’envie de les suivre avec plus d’assiduité.

 

**************************

 

Nous remercions également Sonia Cordero pour avoir partagé cette superbe expérience à nos côtés. On se retrouvera pour de nouvelles aventures, toujours au cœur de la passion !

 

Rédigé par

Natacha Cayuela
Natacha Cayuela

Passionnée de vélo depuis ses dix ans, Natacha est la fondatrice du site qui ravitaille le cyclisme. Elle est également l'auteur du roman La Bonne échappée, où l'univers de la Petite Reine est mis à l'honneur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *