Kpalimé : du vélo jusqu’au Togo

L'évolution entre partage et passion

  • mardi 10 novembre 2015

Les fans de la Petite Reine sont bien placés pour connaître les valeurs du cyclisme. Ce sport permet de goûter à la liberté, d’entretenir sa santé ainsi que de développer son courage et sa volonté d’avancer. De plus en plus d’enfants africains ont envie d’avoir leur propre vélo pour savourer à leur tour toutes ces valeurs mais aussi pour se déplacer bien plus facilement qu’à pieds.

C’est dans cette optique-là qu’au Togo, une association a été créée. C’est Abdou Raouf AKANGA, âgé de seulement 22 ans, champion du Togo en titre et membre de l’équipe nationale qui a lancé le projet. En France, il est aidé par quelques passionnés comme Mehdi ou Christopher. Le Kpalimé Cycling Project a pour but de développer le cyclisme auprès des jeunes togolais, mais pas que.

L’idée est donc née entre le Togo et la France. Les associés ont pour but d’améliorer la vie des enfants et des adolescents à travers le cyclisme. En parallèle, cela permet d’apporter bien plus que des coups des pédales. De l’éducation aux besoins fondamentaux des familles (alimentation, vêtements…) le projet est fondé afin d’apporter une meilleure qualité de vie aux habitants.

Christopher Becaert est entraîneur sportif diplômé d’état en France, du côté de Besançon (B2CS Trainer). Le jeune homme de 23 ans décollera le 2 Janvier prochain pour une période d’un mois en direction de Lomé d’abord où il interviendra dans d’autres associations puis à Kpalimé où il rejoindra Abdou Raouf et son peloton (ils sont 27 membres dont 5 féminines pour le moment). Son voyage aura alors deux objectifs : emmener du matériel et des vêtements pour les enfants du Kpalimé Cycling Project, mais aussi apporter quelques conseils à Abdou. Des conseils sur l’entraînement et la gestion d’un groupe bien sûr mais également pour la recherche de nouveaux partenaires financiers et/ou matériels.

Pour mener à bien de telles missions, l’association a besoin de dons. De matériel déjà : des pièces détachées de vélo qui pourraient servir à des réparations (en priorité, des manettes de freins/vitesses, des chaines, des pignons, des pédales, des câbles, des chambres à air…). Des vêtements, des casques ou des chaussures sont également recherchés afin d’apporter toujours plus de confort et de sécurité aux jeunes pratiquants.

Comme toutes associations, Kpalimé Cycling Project a également besoin d’un soutien financier. Un financement participatif a été lancé sur le site leethi.com. Pour que la cagnotte soit validée, elle doit atteindre la somme de 2000 € avant la fin de l’année. Ce budget a pour but d’assurer la location d’une maison qui servira de lieu de rencontre mais aussi d’atelier vélo. Il est également question de mettre en place une bibliothèque, un potager ainsi qu’un poulailler. Le but final étant d’acheter le terrain avec la maison (pour une somme d’environ 6000 €). Rien n’est donc laissé au hasard et tout est bon pour apporter un très bon développement aux enfants.

Chacun d’entre nous peut participer à l’évolution et au bonheur des jeunes cyclistes togolais, tout en partageant notre passion du cyclisme jusqu’à l’autre bout du monde. Pour en savoir plus, rendez-vous sur leur site internet et sur leur page Facebook.

Si vous souhaitez aider le projet en donnant du matériel (en priorité des pièces détachées, des casques et des chaussures), vous pouvez joindre Christopher via son adresse mail : b2cstrainer@laposte.net. Il est chargé de la centralisation des dons et de leur expédition au Togo.

Tout comme notre partenaire Vélo-club.net, nous sommes particulièrement sensibles à ce type d’initiative. Nous souhaitons donc une très belle réussite à ce projet que nous ne manquerons pas de suivre et de partager.

Abdou Raouf AKANGA et Christopher Becaert

Rédigé par

Natacha Cayuela - Coordinatrice pour cyclistes

Passionnée de vélo depuis ses dix ans, Natacha est la fondatrice du site qui ravitaille le cyclisme. Elle est également l'auteur du roman La Bonne échappée, où l'univers de la Petite Reine est mis à l'honneur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.