L’édito d’Au bon dossard

Nous vous souhaitons une belle saison 2018 !

  • lundi 22 janvier 2018

Ah le début de saison… toujours aussi attendu, voire plus, que la trêve hivernale qui se termine. Les cyclistes sont de retour sur la route, pour leur plus grand bonheur, tout comme celui des fans et des suiveurs. Les fougueux des cyclo-cross ont bientôt terminé leurs nombreux tours et détours dans la boue. Quant’aux pistards, ils poursuivent leurs efforts vifs à l’abri du vent glacial hivernal.

Alors que les premiers bouquets ont été offerts, place à l’édito d’Au bon dossard.

 

Au delà de beaux exploits, l’année 2017 a été à l’image de 2016 : trop rude pour les cyclistes. Trop d’accidents, trop de coureurs meurtris, dont certains n’ont pu se relever, et qui sont partis sans espoir de retour, beaucoup trop tôt. Nous ne les oublierons pas, et nous gardons une vive pensée pour tous leurs proches. Chaque coureur, pro comme amateur, qui nous quitte est un drame pour le monde de la Petite Reine. Mais comment ne pas avoir une pensée particulière pour Michele Scarponi ? Inutile d’en dire plus, vous-même, vous pouvez ressentir ce vide et cette peine que derrière lui, il a laissé.

Ce message est aussi synonyme d’espoir. C’est pourquoi nous avons une autre pensée particulière. Pour ces coureurs qui souffrent, qui ont connu le pire et qui se battent pour retrouver le meilleur. C’est notamment le cas de Keagan Girdlestone, qui court à nouveau pour son plus grand plaisir, ou encore de Stig Broeckx. On vous souhaite de continuer à vous accrocher à la vie comme à vos rêves : la plus belle victoire !

Comme beaucoup, nous souhaitons que des améliorations concrètes soient mises en place pour assurer au mieux la sécurité des cyclistes, ce qui reste primordial. Alors on le répète encore une fois : sur la route, que vous soyez à vélo, en voiture, sur une moto ou même à pied, surtout : soyez prudents ! À l’image de « La route se partage » les initiatives se sont accrues l’an passé. C’est dans ce sens, avec une sensibilisation constante qu’il est bon d’avancer.

C’est pourquoi plus que jamais, le monde de la Petite Reine a besoin de passionné(e)s, comme tous ceux qui se font mal sur la machine, et tous ceux qui les admirent en tant qu’athlètes, mais pas que.


Les mois de janvier et février riment toujours avec le mot premier. Premières sorties avec les nouvelles couleurs, les nouveaux sponsors que les cyclistes portent fièrement. Premiers résultats de la saison avec des courses qui ont eu lieu à l’autre bout du monde, apportant avec elles les premières surprises, plus ou moins bonnes selon sur qui elles tombent. Les plus chanceux et en forme s’illustrent déjà pendant que d’autres ont, déjà également, goûté au bitume en y ayant laissé plus ou moins de plumes, que ça soit en course ou lors d’un entraînement. Entre coup de force et coup dur, les coureurs se lèvent, tombent et se remettent en selle pour à nouveau être au plus haut de leur niveau.

Les courses en Europe et en France vont également débuter. Entre le vent et le froid, les cyclistes ne sont pas tous logés à la même enseigne. Les différences de conditions climatiques sont flagrantes, gare au choc thermique, surtout pour les coureurs qui reviendront d’Australie où ils ont roulé sous plus de 40°C.
Cette période apporte aussi les premières conclusions, jugeant d’elle-même la cohésion de l’équipe, observant si les entraînements ont été bons, le repos du corps et de l’esprit respectés.

Le début de saison raisonne entre ambitions et détermination. Les leaders qui se sont manqués pour quelconque raison sont de retour plus hargneux de gagner que jamais. Les coureurs qui ont connu la victoire n’ont qu’un souhait : recommencer, et à nouveau lever les bras, encore et encore.
Pour ceux qui vont entamer leur deuxième année chez les professionnels, ils devront, encore plus que les autres, jongler entre ce qu’ils sont parvenus à faire – ou non – il y a quelques mois ; entre leurs objectifs et les résultats quels qu’ils soient.

Du côté du staff, tout a été peaufiné : nouveaux sponsors pour certaines équipes, nouveaux maillots, changement de vélos… Les tests d’effort ont donné chiffres et conclusions. Les cartes de collection sont faites, les programmes des coureurs plus ou moins établis. Les véhicules sont parés à rouler, les cuisiniers prêts à ravitailler, les mécaniciens à tout réparer. Quant aux médecins, ils répondent présents pour soigner, tout comme les kinés pour masser de nombreuses jambes endolories. Les chargés de communication assurent relations et informations.
Les dirigeants auront-t-ils fait les bons choix dans les calendriers, la sélection des équipes ? Dans les recrutements ainsi que dans le matériel et la nutrition ? Seul l’avenir le leur dira.

Chez les féminines et les amateurs, l’hiver se termine au rythme d’entraînements de plus en plus virulents, chaque jour les rapprochant un peu plus de leur première date de course. Des coureuses ont également fait le choix de commencer leur saison dans les pays où l’hiver n’est pas d’actualité. Ces cyclistes jonglent entre espoirs : de mieux faire, de victoires, de revanche… Comme les pros, ils attendent leur tour, leur heure, souvent pour passer au niveau supérieur.

Peu à peu, le cyclisme féminin gagne en notoriété. Plus d’épreuves diffusées, plus d’équipes fondées. Voilà qui est de bonne augure pour la saison, et surtout pour ces sportives qui méritent autant d’applaudissements que les hommes. Nous sommes d’ailleurs ravies de vous annoncer qu’à travers nos petits Plats, nous suivrons la Team Stamina au fil de leurs aventures.


Les personnes qui aiment jouer et qui ont composé leur équipe en tant que manager amateur comptent les points obtenus par leurs protégés qu’ils suivront tout au long de l’année.

Médias et amateurs s’en donnent à cœur joie en commentant les résultats, les prochains parcours et bien plus encore. Les photographes – pros ou non – nous transmettent des images précieuses qui se faufilent à travers la toile immense du net.

En parlant des médias, certains ne sont là que pour donner une mauvaise image de notre sport, diffusant ainsi des clichés qui dévalorisent toutes les valeurs du cyclisme. C’est comme pour la sécurité, la seule chose que nous pouvons demander, ce n’est pas forcément d’aimer, ni d’encourager car après tout, chacun ses goûts. Mais le respect des coureurs pros et amateurs reste primordial, que ce soit dans les débats ou sur les routes.

Nous tenons également à remercier les fédérations liées au vélo ainsi que tous les organisateurs des plus grandes courses comme les plus petites et les cyclosportives. Tous font un travail remarquable et indispensable au bon déroulement des épreuves ainsi que pour la sécurité de tous. Là aussi, la vigilance est indispensable. Nous avons également une pensée pour les écoles de cyclisme et tous les clubs qui forment les champions et championnes de demain, ainsi que toutes les autres disciplines du vélo, sans oublier les nombreuses associations alliant cyclisme et bonnes causes.

Et puis il y a nous. Tous ceux qui roulent en tant qu’amateur ou pas du tout, ceux qui encouragent leurs favoris jusqu’au bout (et les autres, c’est ça aussi la beauté de ce sport). Nous sommes nombreux à avoir attendu ces fameuses premières courses.

Toutefois, nous avons une faveur à vous demander : s’il vous plait, gardez votre esprit critique, mais n’en n’abusez pas ! Même si oui, les cyclistes font des erreurs plus ou moins acceptables, ils restent avant tout des êtres humains. D’accord, tout n’est pas pardonnable. Mais l’erreur est humaine, n’est-ce pas ? Après tout, qui n’en fait pas ?


Pour Au bon dossard aussi, 2018 devrait être une grande année. Dans l’ombre, nous poursuivons notre travail acharné afin d’évoluer et de pouvoir toujours mieux vous ravitailler. À l’image et aux côtés de Bike’N Connect, application qui relie les cyclistes élaborée notamment par Yoann Bagot, nous sommes de ceux qui ont envie d’améliorer le quotidien des cyclistes, et pas que… Affaire à suivre !

Tout est comme un éternel recommencement, comme un printemps en avance, où tout renaît. Les courses ne demandent qu’à dévoiler les prodiges. Les coureurs ont les mollets affûtés tandis que les suiveurs sont prêts à les encadrer et à les encourager.
Nous serons là, pour partager, pour féliciter et pour panser un peu les plaies. Nous garderons ce fait à l’esprit : les coureurs sont avant tout des personnes, forçant l’admiration et le respect.

Cet édito est également là pour remercier toutes celles et ceux qui nous suivent, que ce soit sur les réseaux sociaux, où vous êtes toujours plus nombreux, comme vous, qui lisez nos mets. Un grand merci également à nos partenaires, aux coureurs et à tous ceux qui conçoivent nos recettes avec nous. Au bon dossard a dépassé les trois années d’existence, s’est même refait une beauté avec une nouvelle version. Et si nous sommes toujours là, c’est aussi grâce à vous. Le cyclisme est une passion qui se partage ! D’ailleurs, si vous souhaitez rédiger à nos côtés, ou partager votre saison, une association ou autre, contactez-nous !

Nous vous souhaitons un bon début de saison, et une très belle année cycliste, riche en émotions positives.

Rédigé par

Natacha Cayuela
Natacha Cayuela

Passionnée de vélo depuis ses dix ans, Natacha est la fondatrice du site qui ravitaille le cyclisme. Elle est également l'auteur du roman La Bonne échappée, où l'univers de la Petite Reine est mis à l'honneur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *