Nicolas Durand : la Meute Championne de France DN1 !

La série du Vélo Club Villefranche Beaujolais - Étape 5 -

  • lundi 7 octobre 2019

Après notre mets précédent concocté avec Kevin Boyer, les loups l’ont fait ! Avec brio, et fierté ! En début d’année, le Vélo Club Villefranche Beaujolais montait en DN1. À peine quelques mois après, et donc pour leur première saison au plus haut niveau amateur, ils remportent la Coupe de France DN1 !

Photo : Noémie Morizet

 

Depuis, les coureurs, encadreurs et tous ceux qui les soutiennent, des bénévoles aux proches, des chargées de communication jusqu’aux partenaires sont sur un petit nuage. Même pour nous c’est un grand plaisir de les suivre ainsi au fil des mets partagés ! Profitons justement de cette cinquième étape pour se mêler à l’ambiance qui règne au cœur de la meute. Et c’est Nicolas Durand qui nous guide.

 

 

  •  Bonjour Nicolas, toutes nos félicitations à toi et à l’ensemble du VCVB ! Après cinq années passées au CM Aubervilliers 93, tu as rejoint l’équipe de Villefranche cette année. T’attendais-tu à vivre une telle saison ?

Pas vraiment pour être honnête ! Sur le papier, on a une belle équipe avec des coureurs qui ont de bonnes capacités donc on pouvait espérer de beaux résultats. Mais cette année, en plus des bons coureurs, on a réussi à créer un vrai groupe de copains et c’est ce qui nous a permis de faire une magnifique saison. La dernière étape des boucles de l’Artois résume bien notre façon de fonctionner avec six gars qui se mettent au service du collectif.

 

  • Avant de revenir sur les récents événements, remontons un peu le temps. Peux-tu nous parler de toi ?

Je suis originaire de la région parisienne où j’ai vécu jusqu’à l’âge de 24 ans. J’ai fait des études en ostéopathie pendant cinq ans. Depuis maintenant presque deux ans, j’ai retrouvé ma copine qui habite à Annecy. Je suis passionné de vélo mais je m’intéresse également aux sports d’une manière générale. J’aime également la cuisine, la politique et les voyages.

 

  • Pourquoi le cyclisme et pas un autre sport ?

J’ai toujours baigné dans le milieu du vélo par mon grand-père et mon père donc c’est venu naturellement. Dès le plus jeune âge, je passais mon temps sur le vélo et je regardais le vélo à la télé avec mes grands-parents. C’était donc logique de continuer dans cette voie…

 

  • Allez, tu nous racontes cette saison folle ?

D’une manière générale, on a connu un début de saison très moyen. Le groupe ne se connaissait pas encore bien et manquait d’automatisme en course. Le cyclisme est un sport individuel qui se court en équipe. Donc quand physiquement, on est moyen et que l’on ne court pas très juste, on ne peut pas avoir de bons résultats. À partir du mois de mai, tout a semblé plus facile. Physiquement, on était mieux mais surtout collectivement, on courait ensemble et les résultats ont tout de suite suivis. On s’est imposé sur des courses d’un jour, des courses à étapes, des Coupes de France et même sur une classe 2.

 

  • Pour célébrer votre victoire, on a remarqué que tout était prévu, surtout ces jolis t-shirt blancs à vos couleurs mêlées à celle de la victoire ! Depuis le trophée remporté, comment vous fêtez ce si beau résultat ?

Oui c’était une surprise… une super attention de la part d’Anthony Barle ! Pour le moment, nous avons surtout fêté ça le dimanche après la course. On a sabré le champagne, on s’est pris dans les bras et félicité pour ceux qu’on venait de faire. Il y avait beaucoup d’émotions et de sourires en franchissant la ligne. C’est encore un souvenir magnifique de se remémorer le visage ému d’Anthony, Serge, Sébastien et tout le staff après la course.

 

Photo via le VCVB

 

  • Comme une bonne nouvelle arrive souvent accompagnée, Cofidis a annoncé le recrutement officiel d’Eddy Finé ! Qu’est-ce que cela t’inspire ?

C’est tout simplement la suite logique pour lui ! Il a fait une saison énorme avec une victoire en Coupe de France et surtout en classe 2. On évolue au plus haut niveau amateur donc quand un coureur brille, la logique sportive voudrait qu’il passe chez les professionnels. En plus d’Eddy, on a Alexandre qui est stagiaire professionnel et qui réalise déjà de belles performances avec son équipe.

Cela démontre que le travail du club est bien fait afin de permettre aux coureurs d’évoluer dans les meilleures conditions. C’est bien sûr une perte de perdre un coureur qui passe dans le monde professionnel mais c’est surtout une énorme fierté de l’équipe de l’avoir accompagné sur une année.

 

  • Dans toute cette euphorie, tu as eu toi aussi ton heure de gloire ! Félicitations pour ta victoire lors de la nocturne de Gleizé, organisée par ton propre club ! Tu nous racontes cette soirée ?

Il s’agissait d’une course organisée par le club de Villefranche. Je ne connaissais pas le parcours et j’ai été très surpris par la difficulté du tracé. En effet, les nocturnes sont habituellement des courses ultra roulantes mais là c’était tout le contraire… pas un mètre de plat !

Concernant la course, on s’est rapidement isolé à deux avec Tao puis on a roulé à fond pendant presque deux heures. En plus d’être un équipier, on s’entraîne parfois ensemble donc l’entente était excellente. On a mis un tour à tout le monde puis on s’est joué la victoire au sprint.

 

  • En parlant d’organisation, on sait que pour que les coureurs pédalent aussi fort, toute une autre meute s’investit dans l’ombre pour votre réussite. Parles-nous de tous ceux qui font que vous en êtes là aujourd’hui.

Oui, c’est vraiment une grande famille. Tout est fait pour que l’on se sente bien et que l’on puisse s’exprimer sur le vélo au mieux. Les mécaniciens et les assistants sont toujours à notre écoute et dévoués. En plus des personnes présentent aux déplacements sur les courses, on reçoit fréquemment des messages téléphoniques et sur les réseaux sociaux pour nous féliciter.

Le club organise fréquemment des événements permettant aux sponsors de rencontrer l’équipe et d’échanger. Comme je le disais, on est vraiment dans une deuxième famille quand on intègre le VCVB.

 

  • Comment envisages-tu l’avenir à court et moyen terme ?

Ma fin de saison a malheureusement été écourtée à la suite des boucles de l’Artois. Je me suis blessé dans un accident domestique et je ne pourrai pas accrocher un dossard d’ici la fin de saison.

Début Septembre, j’ai pris la décision d’arrêter le cyclisme à haut niveau pour rentrer dans la vie active et passer plus de temps avec mes proches et ma copine. J’espère pouvoir rester dans le milieu du sport et notamment du cyclisme en intégrant une équipe avec, cette fois, la casquette d’ostéopathe.

 

Photo : Justine Morizet


~ Dans le Terrier ~

La petite rubrique qui a du flair !

 

  • Selon toi, quel coureur de l’équipe est le plus grand lecteur ?

Romain Lathene ou peut être Aymeric Dury.

 

  • Lequel est le plus téméraire ?

Tao Quemere.

 

  • Eddy Finé affirmait que tu est l’un des plus discret. Tao Quemere nous disait que tu es celui qui a le plus besoin de calme. Tu confirmes ?

Je ne sais pas si je suis toujours l’un des plus discrets mais il est clair que je mets du temps avant de me dévoiler dans un nouveau groupe.

 

  • Quel est celui qui a le plus fêté votre victoire de la Coupe de France DN1 ?

Sans hésiter… Anthony Barle ! Il n’y a qu’à voir sur la page Facebook du club.

 

  • Qui aime changer de vélo comme de chemise ?

Compliqué à dire comme l’on roule tous avec le même vélo, mais je dirai Alexandre Delettre vu que c’est le seul à rouler avec un vélo blanc depuis quelques semaines.

 

  • Enfin, qui est le plus bavard pendant les courses et à l’entraînement ?

Sten Van Gucht … Toujours à t’expliquer comment être aéro et gagner des watts sur un vélo !

 

Photo via le VCVB

 

Merci à Nicolas Durand ainsi qu’au Vélo Club Villefranche Beaujolais pour ce mets aux saveurs victorieuses, comme à Cynthia et Divergentes Communication, toujours là pour honorer les loups et partager de copieux Plats à nos côtés. Vivement la prochaine étape et bonne retraite sportive à Nicolas !

Rédigé par

Natacha Cayuela
Natacha Cayuela

Passionnée de vélo depuis ses dix ans, Natacha est la fondatrice du site qui ravitaille le cyclisme. Elle est également l'auteur du roman La Bonne échappée, où l'univers de la Petite Reine est mis à l'honneur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *