Un Record de l’Heure en or pour Laëtitia Besnard

Défis relevés avec brio !

  • vendredi 20 mars 2020

40.950 kilomètres. C’est la distance parcourue par Laëtitia Besnard au Vélodrome de Saint Quentin en Yvelines, le 07 mars 2020.

Photo : Afa Crohn RCH France

 

Précédemment, nous étions allées à sa rencontre afin que Laëtitia Besnard puisse nous présenter ses défis. Un record de tentative de l’heure avec beaucoup de sens aussi, mettant en avant son combat de toute une vie contre la rectocolite hémorragique, une maladie touchant les intestins.

Après de nombreux mois de courage et de préparation, les investissements ont payé : le record de l’heure a été battu ! Retrouvons la principale intéressée qui va nous raconter comment s’est passée cette journée très particulière.

 

 

  •  Toutes nos félicitations Laëtitia, chapeau pour cette superbe performance ! Comment résumerais-tu cette expérience en quelques mots ?

Merci ! Quelques mots pour résumer : LONG, DUR, CONTENTE, FIÈRE, À REFAIRE (le dernier, à froid et avec du recul).

 

  • Avant cela, comment se sont passés les derniers préparatifs avant le jour J ?

Depuis février, j’allais aux entraînements sur les créneaux où il y avait moins de monde (deux fois par semaine et une séance le week-end avec des tests plus longs). Mon emploi du temps type : deux entraînements mardi/jeudi et un le week-end, sinon : travail.

Concernant mon alimentation : je n’ai rien modifié, je ne mange jamais n’importe quoi (ma mère était diététicienne). Par contre, je ne mange jamais épicé, ni trop de fibres (au vue de ma maladie, sinon j’ai mal au ventre). Et je ne digère pas le gras…

Au niveau de la communication, j’avoue que je n’ai pas fait grand-chose… Mon compagnon, Thierry Lebeau a tout géré ! C’est lui qui a fait vivre la plupart du temps mes pages Instagram et Facebook. Et puis quelques journalistes sont venus d’eux-mêmes. Il a aussi tout géré au niveau de l’organisation avec le Comité FSGT. Sans lui, je ne sais pas si ce record aurait eu lieu ! Merci à lui…

Et puis je remercie aussi mes deux parrains qui auront fait un peu de communication dessus : Mathilde Gros et Yoann Offredo. Merci à Yoann d’avoir été présent pour m’encourager, pour avoir offert des lots pour la tombola au profit de l’AFA, et merci à Mathilde pour ces publications concernant ce record, ainsi que pour ses gentils messages perso. Deux personnes très gentilles et qui n’ont pas du tout la grosse tête.

 

Avec le soutien de Yoann Offredo

 

  • Place au jour tant attendu ! Comment s’est-t-il déroulé avant le départ pour une heure de piste ?

Le Jour J… Le stress était présent (depuis la veille en fait). Je savais qu’il y avait un enjeu et qu’il y aurait du monde que pour moi ! Je m’étais aussi fixé un objectif, mais  dès l’échauffement, j’ai su que je n’avais pas les cannes pour le faire.

Avant le départ, j’en avais parlé à Yoann Offredo que je n’avais pas de bonnes jambes… comme quoi on peut se préparer de longs mois, et ne pas être aussi bien que lors des entraînements le Jour J. Peut-être le stress…

 

  • Parle-nous de cette heure si particulière… comment l’as-tu géré, vécu ?

J’ai essayé d’être régulière. Je pense avoir bien géré, même si j’étais en dessous de mon objectif personnel, il fallait battre ce record.

Les moments marquants… les encouragements le long de cette piste par mes amis, ma famille, des collègues, le Staff, et les copains et copines du vélodrome.

À quoi je pensais… ? Pas à grand-chose ! Mes trajectoires, à ma mère, qui je pense aurait été fière de moi, par ma performance sportive, mais surtout par mon implication auprès de l’AFA.

 

Encouragements de Thierry Lebeau

 

  • Puis est venu le temps de la célébration ! Qu’as-tu fais pour fêter ton exploit ?

Première chose : j’ai bu de la bière ! Surtout pour pouvoir terminer mon contrôle anti-dopage ! Un buffet avait été préparé et offert par mon club FSGT UC Mareil sur Mauldre avec notre sponsor principal Intermarché de Mareil sur Mauldre.
J’ai ensuite répondu à mes messages d’encouragements ou de félicitations, mais le lendemain car je me suis retrouvée avec une grosse migraine et une énorme fatigue le soir même.

 

  • Penses-tu que ton record de l’heure ainsi que tes initiatives autour vont avoir un impact positif autour de la sensibilisation pour la maladie ?

J’espère !

 

  • On imagine que ton combat ne s’arrête pas là ! Qu’est-ce que tu continues d’entreprendre maintenant que la pression est retombée ?

Je continue ma vie normale… sauf qu’en ce moment, rien n’est normal ! Je travaille en milieu hospitalier (en tant que responsable des achats et des finances), nous sommes donc en crise depuis quasiment mon record de l’heure…
Sinon, avant le confinement, j’ai pu refaire une sortie sur route (que je n’avais pas fait depuis fin septembre). J’avais les réflexes de la piste sur mon vélo de route…

 

  • As-tu déjà de nouveau projets ou défi en tête ?

Oui, les Championnats du monde Master Piste.

 

  • Comment envisages-tu la suite de la saison ? (Question posée avant le confinement)

À la date où je vous réponds, je pense que rien n’est prévisible… Je vais continuer de m’entraîner mais sur home-trainer, et puis on verra bien quand on pourra de nouveau reprendre les entraînements route et les courses.

 

  • Souhaites-tu ajouter quelque chose ?

Je remercie les cyclistes de ne pas sortir pendant ce confinement ! Il ne faut prendre aucun risque pour ne pas déranger et engorger les urgences hospitalières ! MERCI.

Sinon, merci à toutes les personnes qui m’auront soutenues et suivies, et aussi à tous ceux qui auront participé à la cagnotte en ligne ou à la tombola au profit de l’AFA.

 

Photos via la page Facebook L’heure de Laëtitia

 

Encore un grand Bravo à Laëtitia Besnard qui nous montre qu’avec de la volonté, du travail et de la persévérance, de nombreux records peuvent être atteints. Pour entrer dans l’histoire, et surtout, pour créer la sienne.

On te souhaite beaucoup de courage pour vivre cette crise au cœur de l’action.

Et à tous : prenez soin de vous, et restons chez nous.

Rédigé par

Natacha Cayuela
Natacha Cayuela

Passionnée de vélo depuis ses dix ans, Natacha est la fondatrice du site qui ravitaille le cyclisme. Elle est également l'auteur du roman La Bonne échappée, où l'univers de la Petite Reine est mis à l'honneur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *