Restons à la Maison – 2 –

Le Fil Rouge du site qui ravitaille le cyclisme - Spécial confinement -

  • mercredi 25 mars 2020

 

Nous sommes dans la deuxième semaine de confinement en France. Même si tout (ou presque) semble figé, gardons un lien avec ceux dont nous suivons les exploits tout au long des saison.

Après le premier épisode, voici le deuxième volet de notre Fil Rouge spécial « Restons à la maison ! »

 

 

Maël Guégan – Sojasun Espoir – ACNC –

 

Pour moi, le plus dur c’est de ne pas pouvoir faire de grandes balades dans la nature. On avait déjà prévu plein de circuits de randonnée, dans les parcs naturels de la région avec ma copine. Entre les préalpes, le Mercantour, l’Esterel, l’Italie, les baous, les corniches… il y a de quoi faire par ici, et les paysages sont vraiment dingues ! Mais c’est pas comme si on ne pourra plus jamais les faire donc il faut juste être patients en pensant à notre récompense.

On s’organise plutôt bien pour ne pas tomber dans la routine et ne pas trop s’ennuyer. C’est sûr que ce n’est pas facile d’être confiné en appart sans jardin ni balcon… Ça aurait été plus facile à vivre chez nos parents mais on a été pris de court et les avions étaient pleins…

On met bien un réveil tous les matins et surtout on ne reste pas au lit. Ensuite, nos journées sont bien structurées : PPG, petit déjeuner, home-trainer, cuisine puis repas du midi pour ce qui est de la matinée. L’après midi c’est musique pour moi, je fais du piano depuis tout petit et j’en fais toujours beaucoup (surtout depuis que j’ai fini mes études). C’est ce qui rythme mes journées d’entraînement habituelles, j’augmente juste la durée et la difficulté des morceaux que je travaille.

Après, on cuisine beaucoup, on essaye d’innover et on va lire pas mal (une commande de livres arrive !). Le soir, le plaisir c’est de regarder Quotidien sur la 10. Avec tout ça on ne devrait pas trop s’ennuyer, le plus dur sera le manque des sorties plein air et des découvertes mais c’est pareil pour tout le monde. Nous devons tous faire des sacrifices pour se sortir au plus vite de cette situation.

Je pense que l’on a pas le droit de se plaindre de ne rien avoir à faire sur le canapé… quand j’imagine le personnel soignant qui doit être déjà à bout de force… Je pense à ma cousine, infirmière, qui doit galérer. Pour eux, et pour tous ceux qui sont malades, on se doit de respecter à la lettre les consignes du gouvernement.

 

  • Es-tu plutôt chocolat noir ou au lait ?

100% chocolat noir ! J’ai toujours ma tablette avec moi en stage ou en courses (les gars de l’équipe le savent généralement) Sans mon carreau du soir, je peux être de mauvaise humeur ! Et puis je l’utilise pas mal dans mes recettes, notamment pour faire du muesli maison (du flocon d’avoine, de la banane écrasée un peu de miel et au four !).

 


Mathilde Bacquet – Team Stamina –

 

Je travaille dans un cabinet d’architecture. Au regard de la crise sanitaire et des consignes du gouvernement, nous travaillons à domicile. Nous nous sommes organisés de manière à assurer un maximum la continuité de nos services mais cette situation inédite trouble l’organisation de l’agence, l’avancement des projets et génère beaucoup d’interrogations.

Habituellement, mes journées sont rythmées entre travail et entraînements. Je suis très rarement à la maison ; je n’ai pas le temps de me poser. La période de confinement bouleverse mon quotidien. J’en profite pour faire des choses que je repousse depuis trop longtemps : me poser, lire, retaper les chaises achetées à la brocante, peindre le mur du salon, trier mes papiers…

Vis-à-vis de la pratique sportive, tout est également bouleversé. J’ai la chance d’avoir un home-trainer connecté. Je vais faire du renfoncement musculaire, du gainage, des étirements.

C’est le combat de tous, soyons solidaires. Restons un maximum à la maison de manière à ce que cette période de confinement soit la plus brève possible.

 

  • Es-tu plutôt soleil ou pluie ?

Je suis plutôt soleil, j’adore la période estivale et ses longues journées ensoleillées. Je retrouve mes amis chaque été pour une semaine de vélo, c’est devenu un rituel.

 


Ben Didou – Association Cycliste des 4B –

 

Avant le confinement, j’avais un espoir que le Tour des 4B ait lieu. En plus, je suis en stage depuis début mars dans l’association Poitou-Charentes Animation pour l’organisation du Tour Poitou Charentes. Donc avant le confinement, je préparais en parallèle de mon stage l’organisation de ma course du 21 mars. Depuis les annonces du gouvernement et de l’évolution du virus, cela est en pause mais j’espère reporté dans l’année. Le stage se déroule en télétravail à la maison. Donc qui dit confinement, ne dit pas vacances, on garde le réveil à la même heure…

Mais gare à la dépression donc il faut prendre l’air pour ne pas devenir fou qui plus est avec le beau soleil, un peu de vélo si possible et du renforcement musculaire.

Ce qui tue pas rend plus fort, il faut positiver et saisir l’opportunité de rester à la maison en profitant pour faire des choses que l’on ne faisait pas avant.

 

  • Es-tu plutôt capteur de puissance ou feeling ?

Plutôt feeling, mais j’ai remarqué que le feeling et le ressenti des jambes dépend beaucoup de notre humeur du moment. J’aime bien le feeling , être cool et ne pas se prendre la tête.
Mais je suis en réflexion pour m’en acheter un pour être plus calé sur mes entraînements car j’ai déjà un avant goût de l’entraînement à la puissance avec mon home-trainer connecté.

 


Audrey Cordon-Ragot – Trek-Segafredo –

 

Avant le confinement je pensais aux échéances à venir, à la saison des classiques qui s’étalerait jusqu’à fin avril avec pour finalité une éventuelle sélection olympique.

Aujourd’hui je pense à ce que je vais faire à manger, je regarde des tutos de jardinage et je roule virtuellement avec des gens qui me mettent minable sur ZWIFT ! Que de changement en sept jours seulement.

Mais à l’heure d’aujourd’hui rien n’est sert de courir, d’ailleurs on n’a plus le droit. Il faut prendre le temps de guérir le monde et soutenir les travailleurs en première ligne de cette guerre contre le virus.

 

  • Es-tu plutôt soirée télé ou lecture ?

Soirée télé si il y a quelque chose qui me plait et en ce moment, je passe de Pékin Express à Koh-Lanta d’une insolente aisance ! Mais la lecture peut être une option certains soirs, ça aide à bien dormir !

 


Guillaume Monmasson – Orléans Loiret Cyclisme –

 

Avant le confinement, j’étais dans mon appart étudiant à Blois. Je suivais mes cours en école d’ingénieur et peaufinais ma préparation après le début de saison.

Désormais, je suis rentré chez mes parents dans le Berry, je profite du temps que j’ai pour entretenir mon matériel et travailler ma position en contre-la-montre la semaine dernière.

Bien sûr, je continue de travailler, nous avons une continuité pédagogique qui est mise en place depuis le lundi 23 mars, avec des devoirs maison à faire ; les profs nous fournissent cours, vidéos explicatives, corrections. Je vais faire une petite coupure vélo avant de reprendre progressivement l’entraînement comme je peux…

« Alors j’attends que la vie passe. Que le temps fasse son effet » Extrait de la chanson « J’attends » de Ben Mazué.

 

  • Es-tu plutôt hasard ou destin ?

Hasard ! Je suis plus convaincu par ce qui est rationnel.

 

************************************

 

Merci à nos cinq nouveaux participants d’avoir concocté à nos côtés avec des mots et des photos cette deuxième recette du Fil Rouge spécial confinement. Rendez-vous très vite pour la suite, à savourer toujours à domicile. On vous souhaite de profiter de cette période pour penser à vous tout en étant solidaire.

 

Le potager d’Audrey Cordon-Ragot

Rédigé par

Natacha Cayuela
Natacha Cayuela

Passionnée de vélo depuis ses dix ans, Natacha est la fondatrice du site qui ravitaille le cyclisme. Elle est également l'auteur du roman La Bonne échappée, où l'univers de la Petite Reine est mis à l'honneur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *