La série de Maël Guégan – 5 –

Première Recette 2019

  • jeudi 24 janvier 2019

Pour la troisième année consécutive, il roulera sous les couleurs de Sojasun Espoir ACNC. Après avoir remporté le Souvenir Louison Bobet et le Circuit des Bruyères l’an passé, celui qui a fêté ses 21 ans ce mois de janvier a encore de quoi nous surprendre… et pourquoi pas même s’étonner lui-même ? Avant que les compétitions version saison 2019 débutent, allons prendre la température en compagnie de Maël Guégan.

 

Crédit : Gus-Sev

 

  • Joyeux anniversaire Maël ! Que pourrions-nous te souhaiter pour cette nouvelle année ?

Merci beaucoup ! Plein de bons moments, autant sur le vélo qu’en dehors ainsi qu’obtenir ma licence et faire une belle saison sportive !

 

  • Revenons un peu en arrière : comment se sont passés les derniers mois 2018 ?

La période hivernale s’est très bien passée. C’est vraiment une période que j’adore : alterner course à pied, muscu, vélo, VTT, natation et sports collectifs, c’est que du bonheur pour moi ! La préparation avance vraiment bien, j’ai été épargné par les blessures, maladies ou autres petits soucis du quotidien. J’ai quand même dû jongler avec la Fac et des semaines de partiels assez éprouvantes, mais ce semestre est passé ; plus qu’un !

 

  • Justement en cette période hivernale, tu es plutôt sorties dehors bien couvert ou entraînements au chaud avec home-trainer ?

Plutôt sorties couvert ! Le froid ne me dérange pas du tout. J’accumule quelque couches, j’essaye toujours de me garder une tenue chaude en réserve pour les gelées matinales. J’ai très peu fait d’home-trainer cet hiver à cause du temps. Le fait de varier beaucoup les activités me permettait de rouler quand la météo n’était pas trop capricieuse et de nager, d’aller à la muscu ou encore de courir quand la pluie arrivait. C’est plutôt la pluie que je redoute, même si je l’apprécie beaucoup en course, à cette période un coup de froid est vite arrivé une fois trempé.

 

  • Comment abordes-tu cette nouvelle saison d’un point de vue sportif et personnel ?

J’ai vraiment beaucoup d’envies et de motivation. Je ne l’aborde pas du tout de la même manière que mes deux premières saisons élite. J’ai pris confiance, et conscience de mes qualités et de ce que je suis capable de faire. J’ai beaucoup appris et je pense que j’étais encore un peu tendre, attentiste et peut être trop altruiste.

Cette saison, malgré le fait que je serai à la fac encore jusqu’en mai, sera une année charnière pour moi. Il faudra que je sois plus opportuniste et que je sois capable de prendre le leadership quand la forme sera là et d’aider l’équipe quand on me le demandera. Je dois m’imposer plus souvent en Elite et pourquoi pas en Classe 2.

 

  • Tu vas donc entamer ta troisième année avec Sojasun. On peut en déduire que tu fais partie des « meubles » et que tu es un pilier de l’équipe ?

C’est sûr que mon statut va changer par rapport à l’année dernière. Les capitaines de route comme Maxime, Tony et Julien sont partis et la place est donc libre (même si je ne t’oublie pas Willy ! Notre nouveau papy de l’équipe). En plus, le niveau de l’équipe était vraiment élevé l’an passé (trois passages chez les pros, c’est sans doute du jamais vu au sein de l’équipe et dans beaucoup d’autres).

Cela créer une émulsion et procure des émotions extraordinaires sur les courses mais, d’un autre côté, ça m’a souvent privé de résultat. Quand physiquement tu n’es pas forcément le plus fort de l’équipe, que en plus certains ont une expérience plus importante et qu’ils se retrouvent à l’avant tu te résignes à faire le boulot ! Je ne diss pas que c’était barbant, bien au contraire, j’ai pris du volume, de l’expérience et si je suis un jour amené à passer professionnel ce sera peut être mon boulot au quotidien !

Et puis, en trois ans, une relation de confiance s’est vraiment installée avec Jason, Stéphane mais aussi avec les différents assistants et mécanos. Ils savent quand je suis en forme, quand les courses me conviennent donc sauront me donner ma carte.

 

  • En parlant de l’équipe Sojasun, quelles sont les nouveautés pour la saison 2019 ?

L’effectif a tout de même bien changé par rapport à l’an passé, avec un renouvellement de quasiment 50%. Mais le stage de cohésion s’est vraiment bien passé et on se connaissait déjà pas mal avec plusieurs coureurs. Je pense notamment à Jules (Roueil) avec qui j’ai passé deux ans à la B’twin – Ag2r La Mondiale U19 ou encore à Quentin (Fournier) contre qui j’ai couru chez les jeunes et avec qui on s’est retrouvé lors de certaines sélections.

En terme de matériel, nous aurons les nouveaux cadres Cannondale aero à disques, ils sont vraiment sympas ! Nous aurons également les vélos de chrono à disques cette année. Pour ce qui est des sponsors, pas de grande nouveauté à part Erima qui vient nous fournir les équipements civils et June pour les chaussettes. D’ailleurs, on ne remercie jamais assez les sponsors et je pense surtout à Sojasun ou encore Cannondale qui permettent à l’équipe de nous mettre dans les meilleures conditions tout au long de la saison.

 

  • Et les principales lignes de votre calendrier ?

Une première partie de saison avec les classiques bretonnes, très importantes au regard de l’équipe et pour moi car ce sont des parcours que j’affectionne particulièrement. Il n’y aura pas de grand changement par rapport à l’an passé, avec en ligne de mire le Tour de Bretagne mais aussi les Championnats de France. Côté espoir, ce sera Paris-Roubaix, une possible invitation à Liège-Baston-Liège ou encore Circuit du Mené, la ronde de L’isard et Paris-Tours.

 

  • Plus personnellement, on imagine que tu as une revanche à prendre avec une certaine course nommée Paris-Roubaix ?

C’est vrai qu’elle ne m’a pas encore réussi et pourtant pour moi cette course est magique, elle me fait rêver depuis que je suis tout petit. Manque d’expérience pour ma première participation en espoir 1 et malheureux l’an passé avec une grosse chute à moins d’une semaine de la course… J’ai tout de même pris le départ avec une entorse acromio-claviculaire et confiant, mais la douleur et surtout le manque de préparation ne m’auront pas permis de jouer les premiers rôles.

Les partiels de fin d’année tombent tous les ans la semaine d’avant… pas simple pour préparer une course de plus de 180 kilomètres… Cette année c’est un peu mieux : deux semaines avant ! (C’est peut-être un signe pour l’année du sacre ?)

 

  • On te le souhaite ! Plus globalement, quels sont les points que tu souhaites améliorer et ceux que tu voudrais confirmer ?

J’avais discuté avec mon entraîneur à propos du contre-la-montre. Je voulais vraiment progresser et en faire plus. C’est tellement important pour gagner un classement général mais aussi des courses avec les qualités que ça apporte, mais également pour passer pro ! C’est devenu un critère important, les très bons rouleurs peuvent devenir de très bons équipiers sur le plat et voire même en montagne.

Malheureusement, lorsqu’on a établi mon programme d’entraînement et qu’à la fin j’ai compté le nombre de chronos auxquels je pouvais participer, je me suis vite aperçu que tous ces plans tombaient à l’eau… De mémoire, je dois en avoir quatre de prévus dans l’année en comptant une participation éventuelle au Chrono des Nations si la forme est encore là ! Le reste ce ne sont que des contre-la-montre sur des courses à étapes, des demi-étapes souvent très courtes et rarement pour spécialiste.

Il y a, je pense, un vrai problème avec le contre-la-montre en France. Même pour les championnats de France, je m’étais dit : « Et pourquoi pas les préparer et y aller ? » Mais quand on remet les choses à plat et qu’on se demande où sont vraiment les objectifs, on ne peut pas se permettre de faire 50 kilomètres de chrono à deux jours de la course sur route. Mine de rien, même si on commence à avoir des capacités de régénération assez importante à notre niveau, ça reste dans les jambes, on perd de l’énergie, de l’influx, c’est sûr !

 

  • Dans un précédent Plat, nous avons échangé avec Clément Davy, ton ancien coéquipier qui passe pro avec la conti de Groupama-FDJ. Quels souvenirs gardes-tu avec lui et comment vois-tu son avenir ?

Je connais Clément depuis bien longtemps maintenant. Entre sélection régionale Pays de la Loire, course sur route, sur piste on se côtoie depuis au moins les années minimes ! C’est sur que Clément a de l’avenir dans le cyclisme, il a des capacités en contre-la-montre et même sur piste qui sont assez impressionnantes ! On a passé une bonne année à Sojasun Espoir, on se ressemble assez morphologiquement et sans doute un peu physiologiquement également et on a souvent été ensemble en galère ou ensemble en forme !

Peut-être qu’un jour, on se retrouvera dans le monde professionnel ? En attendant, je peux lui souhaiter une belle saison avec la Conti Groupama-FDJ… mais je ne lui ferai pas de cadeaux s’il vient courir avec ou plutôt contre nous !

 

  • Pour conclure, concoctons un petit ravito. On t’a vu t’approvisionner de produits Sojasun pour garder la forme même en hiver. Aurais-tu une recette maison à nous partager ?

Evidemment, quand je passe dans les rayons et que je tombe sur les produits Sojasun, je ne peux m’empêcher de regarder les nouveaux produits et je veux tout acheter pour goûter !

Sinon, niveau recette maison, nous, ma copine et moi, sommes très fan de tartes maison ! On s’éclate à cuisiner et surtout les tartes où on peut inventer plein de recettes et y mettre ce qu’on veut. Je pense notamment à la Tart’iflette plutôt en période de coupure, à la Tart’tomates (tomates fraîches, oignons, jambon sec, copeaux de parmesan, œuf) aux beaux jours ou encore à la Tarte douce (pâte maison, patates douces pôelées, jambon sec, noix, œuf).

Et oui, on leur donne des petits noms, qui sait, un jour, on aura peut être une auberge ? Un food truck ? Une bergerie ? Une boulangerie ? Une fromagerie ? Oui, je sais, ça fait beaucoup de projets à caser dans une vie, mais elle serait triste sans projets !

 

Tweet de Maël posté en décembre dernier

 

Encore un grand merci à Maël Guégan pour cette nouvelle recette partagée riche en bons ingrédients. Nous te souhaitons à toi et à l’ensemble de ton équipe une très belle saison, que nous partagerons !

Rédigé par

Natacha Cayuela
Natacha Cayuela

Passionnée de vélo depuis ses dix ans, Natacha est la fondatrice du site qui ravitaille le cyclisme. Elle est également l'auteur du roman La Bonne échappée, où l'univers de la Petite Reine est mis à l'honneur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *