La série de Maël Guégan – 7 –

Toujours au Vert !

  • dimanche 15 septembre 2019

Photo : Cassandra Donne

 

Tandis que le plus gros de la saison 2019 est derrière nous, les performances comme les résultats sont toujours d’actualité. Les esprits déjà tournés vers l’avenir comme de nouvelles perspectives. Qu’en est-t-il pour Maël Guégan et son équipe Sojasun Espoir ACNC ? Réponse dans ce nouveau mets ! En sa compagnie, place au septième volet de la série qui lui est consacrée.

 

  • Hello Maël ! Nous avions concocté notre précédent Plat début mai. Comment résumerais-tu cette période en quelques mots ?

Particulière ! L’été n’est pas ma période favorite, mais la forme était vraiment bonne cette année ! Malheureusement, j’ai pris une grosse chute au Tour des Deux Sèvres dès la première étape et j’ai du abandonner le lendemain. Ça a vraiment mis au coup d’arrêt, j’ai dû faire une coupure d’une semaine ensuite, avant de reprendre tranquillement l’entraînement. Les bonnes sensations sont revenues juste pour le France Espoir fin août.

 

  • Tu nous racontes ton été où tu as cumulé plusieurs podiums ?

Comme je disais juste avant, j’ai vraiment réussi à bien négocier cette période. Malgré cette chute, j’ai été présent et il m’a souvent pas manqué grand chose pour gagner… J’ai notamment fait deux podiums au moins de juin, puis terminé 5ème de la Manche Océan, 5ème du Circuit des Bruyères, 5ème de Jard les Herbiers… Encore mercredi à Jard, ça s’est joué à rien, on finit à trois secondes des quatre échappés et je règle le sprint du contre, si seulement on était rentré quelques mètres avant… Et je viens de terminer deuxième de la Ronde Mayennaise !

Pas mal de frustration, mais je montre que j’ai passé un cap cette année. Je peux jouer les premiers rôles quasiment tous les week-ends, et ça de février jusqu’à maintenant (et c’est pas fini !).

 

  • Et celui de ton équipe Sojasun ?

Ça été un peu les montagnes russes, on a eu de bons résultats et on est passé parfois complètement à travers. Dans l’ensemble, ça reste plus que correct !

 

  • On n’a pas manqué de remarquer que tu as passé plusieurs courses à l’avant ! Que ressens-tu dans ces moments-là ?

Tout dépend, de la course et de l’objectif. Il y a des courses décousues comme la SportBreizh où les échappés peuvent sortir dès le début et aller au bout. Dans ce cas où cette course était un objectif pour moi, le but est de s’économiser un maximum tout en encourageant le bon fonctionnement de l’échappée. Il faut vraiment rester concentré sur son « travail », manger, boire, ne pas se laisser endormir.

À l’inverse, sur des courses comme l’Estivale Bretonne, où j’étais en reprise après ma coupure suite à ma chute sur le Tour des Deux Sèvres, la journée en échappée est totalement différente. J’avais besoin de me rassurer après deux étapes galères. Le but était également d’aider l’équipe en plaçant un homme à l’avant. Dans ce cas, le plaisir est encore plus grand, on savait que nos chances d’aller au bout étaient vraiment faibles (même si sur le vélo on y croit toujours !) donc on profite d’être à l’avant, des routes, des spectateurs. C’est un entraînement parfait pour se remettre sur de bons rails et l’équipe est soulagée du poids de la course.

 

  • Quelle est l’épreuve qui t’a le plus marquée ces derniers mois ? Pourquoi ?

Les deux Championnats de France sont des courses qui marquent évidemment. L’ambiance est très différente des autres courses, il y a quelque chose en plus qu’on a du mal à expliquer, cette pression qui nous transcende tous et qui rend la course passionnante. Malheureusement il n’y a pas eu de résultats cette année, mais je retiens le positif : j’ai réussi à arriver à chaque fois à 100% de ma forme et à être acteur de la course (surtout au France Elite).

 

  • Comment envisages-tu ta fin de saison ?

Il reste encore de belles choses à faire. J’adore cette période ! Tout autant que le début de saison. Je suis surmotivé et c’est ce qui fait ma force. Certains commencent à saturer, d’autres se reposent sur les résultats qu’ils ont eu tout au long de l’année. Moi, j’ai toujours faim de résultats, et je vais me battre comme ça jusqu’à Paris-Tours. C’est une période que j’apprécie également pour son climat : plus de grosses chaleurs et même des météos capricieuses qui peuvent arriver. L’objectif est d’aller chercher une victoire.

 

  • Et la suivante ?

J’avoue que je n’ai pas encore trop songé à la saison prochaine. J’aurai bien le temps d’y penser cet hiver ! Ce qui est sûr, c’est que je repars pour une année chez Sojasun Espoir. Je n’étais pas certain de rester car ma situation change pas mal l’an prochain, mais finalement, c’est un plaisir de rester et de continuer ce beau cycle de progression et de formation commencé depuis la catégorie Espoir 1 !

J’ai en effet obtenu ma Licence en sciences de la vie et de l’environnement et je mets, comme je l’avais prévu, mes études entre parenthèses pour me consacrer au moins un an au vélo. Je pense qu’en étant étudiant, il est vraiment compliqué d’être à 100% toute l’année. J’ai une marge de progression encore énorme et je ne veux surtout pas avoir de regrets le jour où je déciderai de mettre le vélo entre parenthèses cette fois-ci !

Pour le coup je me retrouve donc à vivre à Nice, car je suis ma copine qui elle continue ses études. Un régal pour le cadre de vie et pour l’entraînement, mais une distance à prendre en compte et c’est pourquoi nous avons pris notre temps pour réfléchir à tout cela avec l’équipe.

 

  • D’ailleurs il semblerait que la Fédération Française de Cyclisme va faire évoluer les choses l’an prochain. Peux-tu nous décrire les principaux changements, ce que ça va engendrer pour les clubs comme pour vous les coureurs ?

Sincèrement ? J’en sais pas grand chose ! Tout est un peu flou (ou alors je n’ai pas eu les bonnes infos ? Mais où sont-elles ?). Le système de montées et descentes entre Divisions Nationales va disparaître, mais alors les Coupes de France vont sans doute perdre de leurs intérêts ? Bref, je ne suis pas plus au courant que vous !

– Le calendrier 2020 est disponible sur le site de la Fédération Française de cyclisme

 

  • Parlons écologie : plusieurs initiatives ont la côte sur les réseaux sociaux ; et pour le coup c’est vraiment utile ! C’est notamment le cas du « plogging », sujet abordé par les Athlètes du bien-être by Sojasun, que tu as partagé sur ta page Facebook. Tu nous décris le concept ? Tu l’as testé ?

Oui bien sûr ! Je pense que c’est vraiment important de sensibiliser les gens sur des sujets comme ça. En plus ce sont des petites choses qui sont toutes simples à faire. Le plogging, c’est tout simplement partir courir et ramasser un maximum de déchets sur les sentiers ou les bords de route. Le plus choquant, c’est lorsque que je roule en VTT et passe dans des petits chemins, les fossés sont parfois remplis de déchets, ça fait vraiment mal au cœur…

Quand les Athlètes du bien-être m’ont parlé de ça, j’ai tout de suite foncé. Je rentre quasiment tout le temps par un chemin qui longe une grande enseigne de fast food lorsque je sors en VTT et j’y trouve tout le long les sacs en carton remplis de gobelets et autres déchets… Alors pour me rappeler mes bons souvenirs de l’école de vélo, j’en attrape un en roulant que je dépose… quelques mètres plus loin dans des grandes poubelles !

 

Bravo à Maël Guégan pour ce plogging !

 

  • Quelles sont les autres initiatives que tu entreprends en faveur de l’environnement ; sur le vélo comme au quotidien ?

Je ne supporte pas les gens qui jettent leurs mégots sur la route ! Disons poliment que je leur fait comprendre que ce n’est pas bien de faire cela… Encore récemment, un monsieur jette devant moi son mégot en prenant son courrier. C’est plus fort que moi, je me suis arrêté et j’en ai pris plein la gueule mais tant pis ; j’en ai marre que certains fassent des efforts et d’autres les ruinent.

 

  • Quelles améliorations aimerais-tu voir autour des courses pour mieux préserver le cadre qui vous est prêté ?

Des zones de collecte ! Elles devraient être obligatoires dans les règlements d’organisation d’épreuves. Ce n’est vraiment pas compliqué à faire et dès qu’il y en a, c’est la quasi totalité du peloton qui joue le jeu… Les mentalités changent, ceux qui jettent leurs déchets ne sont pas nombreux à changer, mais il y en a beaucoup plus qui osent les interpeller. Ce n’est quand même pas compliqué de remettre son papier dans la poche !

 

  • Allez un petit ravito pour conclure ce mets ! On n’a pas oublié que ton amie et toi aimez bien cuisiner ! Avez-vous une recette gourmande à nous partager ?

Le choix du moment c’est le Banana Bread ! C’est vraiment un gâteau que j’apprécie et puis avec notre recette « allégée » disons qu’il cale bien ! La petite touche de lait de Soja aux Amandes (de chez Sojasun évidemment !) fait vraiment plaisir.

 

Merci à Maël Guégan pour ce nouvel épisode copieux. On te souhaite une belle fin de saison verte qu’on ne manquera pas de suivre, puis de partager à tes côtés !

Rédigé par

Natacha Cayuela
Natacha Cayuela

Passionnée de vélo depuis ses dix ans, Natacha est la fondatrice du site qui ravitaille le cyclisme. Elle est également l'auteur du roman La Bonne échappée, où l'univers de la Petite Reine est mis à l'honneur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *