Team Stamina : un moment avec Fleur Faure

Le petit journal d'une équipe au féminin - épisode 6 -

  • jeudi 16 août 2018

Crédit : Louis Legon

 

En cette période estivale, une Fleur peut en cacher une autre ! Après avoir partagé le cinquième épisode de la Team Stamina avec Fleur Skrivan, c’est Fleur Faure qui va nous parler de sa passion du vélo ainsi que des partages autour.

 

  • Bonjour Fleur ! Tu es certainement la coureuse la plus connue de la Team Stamina. Comment et pourquoi as-tu décidé de rejoindre cette aventure ?

Avec mes amis Martial Collas et Aurélie Lefour, nous pouvons nous considérer comme les fondateurs de Team Stamina. D’une équipe mixte à une association, Team Stamina et sa devise « promouvoir le cyclisme féminin sous toutes ses formes » est une aide précieuse que j’aurais aimé trouver lorsque j’étais plus jeune.

 

  • Remontons encore un peu plus le temps : d’où vient ta passion pour le cyclisme ?

Clairement, de la gagne. Asthmatique de naissance, mes traitements lourds et prolongés dans le temps m’ont handicapé avec un surpoids depuis mon plus jeune âge, et j’ai vogué de sport en sport.
Chronologiquement deux ans de tennis ; cinq ans de judo ; cinq ans de yoseikan budo chevauché de deux ans de moto sur circuit et quinze ans de vélo.

Je détestais le vélo, c’était dur, c’est macho même dans l’encadrement, et les filles sont pestes dès le plus jeune âge. Mais le jour où je suis montée sur la boîte, j’ai compris pourquoi j’acceptais d’endurer ça. Et maintenant, c’est une grande partie de moi, une force lorsque je travaille, car on développe des valeurs qui sont un atout hors vélo.

 

  • Quels sont tes meilleurs et pires souvenirs à vélo ?

Mon meilleur souvenir n’est pas ma place de vice-championne de France Junior à Ussel même si c’était une belle récompense du travail accompli. Mon meilleur souvenir, c’est lorsque j’ai fait mon premier podium au Red Hook Crit à Barcelone, et que la foule (plus importante qu’au championnat de France soit dit en passant) m’acclamait alors que personne ne me connaissait, ça me donne toujours des frissons d’en parler.

Mon pire souvenir, c’est d’avoir raté un départ de contre la montre à Omloop van Borsele (Hollande), avec l’équipe de France. J’étais tellement stressée que je me suis rendue à la ligne de départ de la route (tous les départ étaient dans un rayon de 500 mètres), et j’ai paniqué. Je ne savais plus où aller, les signaleurs ne savaient pas m’aider, je pleurais avant même de trouver la ligne. Et je vois mon entraîneur national agiter ses bras dans tous les sens en m’engueulant : « Mais où étais-tu ? Il y a trois filles qui sont passées après toi ! » Les commissaires ont accepté de me laisser partir d’en bas (pas de la balustrade) entre deux, et j’ai rattrapé trois filles. J’aurais pu faire un Top 15 avec mon temps.

 

  • Tu as récemment couru à l’étranger. Tu nous racontes tes courses ?

Il y en a tellement, j’ai fait un mois de critériums aux Etats-Unis, c’était intense, surtout les 15 voir 20 premières minutes de chaque course ! J’ai les pulsations cardiaques qui ont battues des records, la puissance développée également. J’ai appris à courir dans des températures supérieures à 40 degrés et à rester fraîche. Je vais bientôt bloguer sur ces courses-là, j’espère que je réussirai à vous faire vivre mes courses au travers de mes mots !

 

  • Tu nous disais que ton emploi du temps est bien chargé. Est-ce que tu travailles en plus de ta carrière cycliste ?

Je suis rédactrice en freelance, je travaille pour Top Vélo, Decathlon.fr et d’autres petits clients. Je participe également à quelques shootings sportifs et en octobre je retournerai dans l’industrie, mon cœur de métier si je ne vois pas débouchées.

 

  • Tu participes actuellement aux championnats de France sur piste à Hyères, qui se déroulent du 11 au 18 août, notamment en présence de François Lamiraud. Comment prépares-tu un tel événement ?

J’ai préparé cet événement en courant aux États-Unis, le format de course d’une heure me le permettait. François a également organisé quelques stages sur piste pour faire des exercices plus spécifiques. J’ai de la chance d’habiter à moins de 20 kilomètres du Vélodrome Aimé Constant, où le club de Vitrolles me permet de m’entraîner assez souvent.

 

  • Quels seront tes objectifs ?

Mes objectifs ne sont plus factuels, je souhaite prendre du plaisir à vélo, partager ma passion avec les plus jeunes, et continuer à rencontrer de belles personnes dans le monde au travers de cette passion commune.

 

  • Suite à ça, quelle est la suite de ton programme ?

J’irai bronzer à la mer avec un bon petit Mojito ! Sérieusement, ma prochaine belle course est en octobre, c’est le Red Hok Crit de Milan. J’enquillerai sur une saison de cyclo-cross pour m’amuser.

 

  • Lorsque tu as envie de penser à autre chose qu’au vélo, qu’aimes-tu faire ?

J’aime me ressourcer auprès de mes amis, et aussi aller à la montagne, plus particulièrement à Tignes où l’été je me régale à faire du waterjump !

 

Crédit : Joël Lombard

 

Merci à Fleur Faure pour ce nouvel épisode des aventures de la Team Stamina. On te souhaite à toi et à l’équipe de bons résultats et surtout : de continuer à prendre du plaisir en pédalant ! Rendez-vous prochainement pour la suite de leurs aventures.

Rédigé par

Natacha Cayuela - Coordinatrice pour cyclistes
Natacha Cayuela - Coordinatrice pour cyclistes

Passionnée de vélo depuis ses dix ans, Natacha est la fondatrice du site qui ravitaille le cyclisme. Elle est également l'auteur du roman La Bonne échappée, où l'univers de la Petite Reine est mis à l'honneur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *