Team Stamina : reprise en douceur pour Laurie Ruello

Le petit journal d'une équipe au féminin - Épisode 2 -

  • lundi 12 mars 2018

Crédit : Squadron33 Photographie

 

Après avoir fait les présentations dans notre épisode précédant en compagnie de Marie Goutaland, place au deuxième volet consacré à la saison de la Team Stamina, équipe féminine au fort accent du Sud. Et c’est en compagnie de Laurie Ruello que nous allons prendre de leurs nouvelles.

 

  • Salut Laurie ! Entre notre épisode précédent et celui-ci, tu as rejoint l’effectif de la team Stamina. Peux-tu tout d’abord nous parler un peu de toi ?

Bien sûr ! Alors je m’appelle Laurie, j’ai 16 ans, je viens de l’Isle-sur-la-Sorgue dans le Vaucluse. Côté vélo, je suis plus route et piste et un peu moins fan du cyclo-cross.

 

  • Depuis quand fais-tu du vélo ?

Sans compter mes arrêts je suis dans ma septième année de vélo.

 

  • Tu as donc dû arrêté pendant un moment pour reprendre cette saison. Peux-tu nous expliquer pourquoi et nous dévoiler tes motivations à reprendre la compétition ?

Ça a commencé lors de ma quatrième année. Nous étions partis en sélection avec le comité de Vaucluse à Mérignac. Lors de ma course, il pleuvait beaucoup et les chutes se multipliaient. Une fille est tombée devant moi et je n’ai pas pu l’éviter. Résultat : j’ai eu un œdème de l’os de la rotule et un syndrome rotulien qui m’ont valu quinze mois d’arrêt. J’ai pu remonter sur le vélo et m’entraîner quelques mois. J’ai repris la compétition mais pendant la saison de cyclo-cross j’ai chuté à la reconnaissance d’une course et je me suis fait une double entorse du coude avec encore quatre mois d’arrêt.
Je me suis aussi rendu compte que l’entraînement que je faisais dans mon ancien club n’était pas du tout adapté pour les filles et m’avait plus épuisé physiquement et psychologiquement qu’autre chose…

Après ça, j’étais complètement démotivée, je ne voulais plus faire de vélo. Mais je guettais du coin de l’œil la nouvelle équipe féminine qui se formait avec envie. Je me suis rendu compte que le cyclisme me manquait beaucoup. J’étais en contact avec Martial et Alizée Collas (que je connais depuis mes débuts étant dans le même club), ils m’ont poussé à rouler avec eux pendant l’été et je continue de rouler depuis. Rouler me manquait trop et j’ai besoin de me surpasser.

Cette année j’essaye de me concentrer sur ma remise en forme alors les compétitions seront plus pour l’année prochaine, ce qui ne m’empêchera pas de faire des cyclo-sportives. Je trouve aussi très motivant le fait de pouvoir promouvoir le cyclisme féminin.

 

  • Comment se passe ton intégration ?

Assez bien, je connais Alizée depuis que je suis petite et je courrais avec Morgane Jacquemin et Claudie Chamboredon quelque fois. J’avais déjà rencontré Fleur sur des courses et je continue de rencontrer les filles de la team sur les Rides. Dans l’ensemble tout se passe bien !

 

  • Et le début de saison pour les filles de Stamina ?

Plutôt pas mal, certaines d’entre nous avaient fait du cyclo-cross à l’intersaison, ce qui leur a permis de faire la transition plus facilement. Fleur Faure a fait des résultats sur la piste, Anabel Chacon a fait des podiums en gentleman, la petite Victoria Vengeon également. Pour la route pure et dure, Fabienne Olivier a ouvert le compteur des podiums, en terminant troisième sur La route de l’étoile !
Ensuite, Alizée qui a terminé deuxième, Morgane Jacquemin qui se classe cinquième féminine à Montélimar. Les plus » vieilles » sont allées courir à la course cyclosportive du Raid des Alpilles : Nathalie a fait une super prestation pour son retour de blessure en terminant dixième au scratch et cinquième de sa catégorie avec une moyenne de 35,1km/h ! Elle est suivie de Mathilde Bacquet quinzième avec une moyenne de 33,2km/h, Marie Goutaland et Fleur Faure terminent ensemble respectivement à la dix-neuvième vingtième place avec une moyenne de 31,3km/h.

La suite c’était la première course du challenge : Sorgues le dimanche 11 mars dernier. Les résultats :

– Juniors : Morgane Jacquemin troisième et Alizée Collas cinquième.
– Seniors : le podium => 1. Fleur Faure – 2. Fabienne Olivier – 3.Mathilde Bacquet. Marie Goutaland a terminé à la sixième place et Gwendoline Kuster à la septième.

 

Crédit : Daniel Bidon

 

  • Récemment, on a appris que c’est votre équipe qui va remplacer le Challenge Méditerranéen hélas disparu. Place désormais au Challenge Stamina ! Peux-tu nous donner plus de détails ?

C’est le challenge méditerranéen qui a fait naître l’équipe, malheureusement l’organisateur n’a pas voulu renouveler l’expérience, nous ne pouvions vraiment pas laisser s’essouffler un challenge qui a permis de faire courir les filles dans notre comité ! Les organisateurs de courses féminines ont directement joué le jeu, en tout cas de belles surprises attendent les concurrentes ! Nous gardons le même règlement de compétition, car il fonctionnait correctement, et maintenant, c’est aux filles de jouer le jeu !

 

 

  • Ces courses représentent donc vos objectifs principaux ? Est-ce que les rôles de chacune sont déjà déterminés ?

Nous nous devons d’être un maximum de filles de l’équipe à cette organisation, ce n’est pas notre objectif, quoique, peut être que l’une d’entre nous nous l’a caché, en tout cas, c’est notre nouveau rendez-vous en plus des rides ! Nous avons toutes un rôle commun : nous faire plaisir sur le vélo, les circonstances de courses feront le reste !

 

  • Parlons un peu de l’entraînement. Combien de sorties, de kilomètres fais-tu environ par semaine ? Comment s’organisent ces sorties ?

J’ai du mal a trouver le temps de rouler avec les cours ; je suis en première S et j’ai beaucoup de travail. Alors je roule un peu le samedi après-midi pour encadrer des petits dans l’école de cyclisme de ma ville avec Martial. Aussi je profite des sorties Bike’n Connect le samedi matin. Dans la semaine je fais aussi du circuit training pour remettre en forme mon cardio. Donc avec les petits environ 20 kilomètres sinon les sorties sont autour de 50 kilomètres avec quelques bosses.

 

  • Es-tu plus à l’aise quand ça grimpe ou lorsque la route est plate ?

Je suis plus à l’aise sur le plat mais j’aime quand ça grimpe car j’ai l’impression de me dépasser… tout au mental !

 

  • En parallèle, les pros roulent et viennent notamment de terminer Paris-Nice. Est-ce que tu t’y intéresses également ?

Oui j’ai regardé un peu les étapes, je trouve ça très impressionnant.

 

  • Qu’aimes-tu faire lorsque tu n’es pas sur ton vélo ?

J’adore lire et voyager. Et puis il y a les cours.

 

C’est tout pour ce deuxième épisode des aventures de la Team Stamina. Merci à Laurie Ruello pour cette interview et à bientôt pour la suite du petit journal !

Rédigé par

Natacha Cayuela
Natacha Cayuela

Passionnée de vélo depuis ses dix ans, Natacha est la fondatrice du site qui ravitaille le cyclisme. Elle est également l'auteur du roman La Bonne échappée, où l'univers de la Petite Reine est mis à l'honneur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *