Team Stamina : saison lancée avec Fabienne Olivier

Le petit journal d'une équipe au féminin - épisode 9 -

  • vendredi 18 janvier 2019

Tandis que le cyclisme se conjugue de plus en plus aussi au féminin, c’est avec grand plaisir que nous allons continuer à suivre au fil des mois la Team Stamina, équipe 100% féminine à l’accent du Sud-Est.

Dans notre épisode précèdent, nous étions allées à la rencontre d’Alizée Collas. Pour bien entamer la saison, Fabienne Olivier va nous parler de l’équipe version 2019 tout comme de leurs objectifs.

 

  • Bonjour Fabienne, avant d’évoquer l’équipe, parles-nous d’abord de toi.

Bonjour, je crois que le vélo était pour moi une évidence. Depuis ma plus tendre enfance, je rêvais devant toutes sortes de bicyclettes. Des tricycles à la maternelle jusqu’au vélo « de course » de mon père, que j’empruntais le soir après l’école pour rouler avec les copains !

Malheureusement issue d’une famille où l’on considérait le sport comme inutile, je me suis battue pour pouvoir faire de la natation, du football dans l’équipe de l’école, du vélo. Mais je n’ai jamais pu m’inscrire dans un club et pratiquer un sport de manière régulière.

Je suis arrivée à l’âge adulte avec plein d’envies et de rêves à réaliser ! J’ai d’abord passé mon permis moto (on reste dans les « 2 roues ») avant de revenir au vélo à l’âge de 35 ans. Cela fait donc maintenant douze ans ! Une copine motarde m’a « embarquée » dans son club de cyclotourisme, où j’ai rencontré Mathilde Bacquet et ses parents. Mon mari m’a suivie, et, la garde alternée aidant (un fiston chacun d’un premier mariage), nous avons découvert, au fil des week-ends, les Traces Vélocio, les Audax et les brevets montagnards. Excellents souvenirs !

Avec le temps, je me suis rendue compte que la compétition me correspondrait mieux : dès que je suis sur un vélo, mon but est d’atteindre un point à un autre le plus vite possible ! Je ne sais pas faire autrement ! J’ai donc intégré mon club actuel basé à Montpellier, et réellement commencé la compétition en 2015.

 

  • Peux-tu nous raconter quelques moments marquants que tu as partagés avec ton vélo ?

Il y en a tellement… chaque course, chaque cyclo, chaque randonnée a son lot de souvenirs, on pourrait en discuter des heures !
Je retiendrais ma première traversée des Alpes en couple en 2010, un véritable défi pour moi à l’époque… Et ce sentiment très mitigé au passage du dernier col : heureuse d’avoir réalisé cet ‘exploit’ mais tellement triste que cela soit déjà terminé !

Et deux grands moments l’an passé :
Ma rencontre avec Bernard Hinault, mon idole de jeunesse (oui, plus que Platini ou Alain Giresse !), sur la Sanfloraine l’été dernier. J’étais heureuse comme une gamine. Je crois que pendant un week-end j’avais à nouveau dix ans ! Ça fait du bien ! Et notre victoire en duo sur le contre-la-montre de Pézénas devant Jeannie Longo et son mari ! Trop étonnée mais ravie d’être sur la plus haute marche du podium aux côtés de cette grande figure du cyclisme féminin ! Sentiment indescriptible !

 

  • Quelle sont tes devises dans la vie quotidienne, les moments plus difficiles, et lorsque tu pédales ?

Profiter de chaque instant. J’ai perdu ma sœur à 23 ans, elle en avait 22. J’ai alors pris conscience qu’il fallait vivre pleinement sa vie, avoir continuellement des projets, vivre à fond ! La vie est belle mais courte ! Je suis de nature positive (même si je râle souvent), et malgré de petits moments de déprime passagers les mois d’hiver, j’ai toujours le moral ! J’ai la faculté de m’émerveiller devant un beau paysage, le sourire d’un enfant, d’être émue par une belle phrase, une parole gentille… .

Le vélo est un condensé de la vie ! On peut souffrir, mais on profite de la nature, on en prend plein les yeux, et au final on a le moral, ravi de ce que l’on a accompli !

 

  • En dehors du vélo, à quoi consacres-tu ton temps généralement ?

Je suis assistante maternelle à mon domicile, un travail qui me prend beaucoup de temps: de 8h00 à 18h00, cinq jours par semaine. Côté famille, j’ai d’avantage de temps désormais, les garçons sont grands : 19 et 21 ans.

J’organise chaque année une grande traversée en montagne (groupe de huit à douze cyclistes). J’adore faire la logistique, créer les parcours, réserver hôtels ou chambres d’hôtes, et faire un petit montage vidéo en souvenir.

J’aime également créer, bricoler, même si le vélo prend actuellement le dessus sur le reste !
Pour l’organisation, je me libère un après-midi par semaine du mois de novembre au mois de mars (contrat avec mes parents employeurs) pour pouvoir pédaler, et le reste de l’année, les jours rallongeant, je m’entraîne après le travail. Jusqu’à maintenant, mon mari pédalait avec moi, mais il lève un peu le pied. Il va falloir faire des aménagements dans le planning de mes courses pour préserver mon couple !

 

 

  • Parlons maintenant de la Team Stamina pourquoi as-tu rejoint l’aventure et comment se passe-t-elle pour toi ?

J’ai rejoint les filles grâce à Mathilde. L’idée m’a de suite séduite, cela correspondait à ce que je recherchais : ne plus être seule sur les courses, trouver des filles avec qui rouler.

J’ai beaucoup appris avec elles, notamment sur les courses FFC, même si je suis plutôt orientée cyclosportives. Les jeunes m’obligent à travailler l’explosivité, ce qui me manque à mon âge. Et on fait surtout le plein de bonne humeur quand on se retrouve.

 

  • Qui dit nouvelle année dit forcément nouvelle saison ! Quels seront les changements majeurs pour l’équipe ?

Au niveau effectif, sept filles au pôle compétition et neuf autres (dont je fais partie) dans l’association. Pour ce qui est du fonctionnement, tout va s’organiser principalement autour du pôle compétition basé à L’Isle-sur-la-Sorgue. Mais les filles de l’association pourront bien sûr participer aux mêmes compétitions, bénéficier des moyens de transport mis en œuvre, des logements, et ainsi partager des moments entre elles. Le dossier de demande de subventions est en cours.

 

  • Le calendrier est-t-il déjà établi ?

Nous sommes en train de le mettre en place. Pour l’instant, au programme : les cyclosportives du Ladies Granfondo Challenge, les courses du Challenge Stamina (à peu près les mêmes que l’an dernier) et les Coupe De France pour les filles du pôle compétition.

Pour ma part, ayant gagné le Trophée Label d’Or des cyclosportives dans ma catégorie en 2018, les inscriptions me sont offertes cette année. Je vais donc miser d’avantage sur ces cyclos (Héraultaise, Lozérienne, Boucles du Verdon, Sanfloraine…). Je pense aussi faire une ou deux CDF avec les filles, une ou deux cyclos du Ladies Granfondo, quelques courses du Challenge Stamina, le Championnat de France Master route et contre-la-montre à L’Espérou. Et je suis d’ores et déjà inscrite à l’Etape du Tour !

 

  • Quel type de coureuse es-tu ?

Je suis polyvalente. Pas vraiment une grimpeuse, pas vraiment une rouleuse, pas vraiment une sprinteuse… mais un peu tout à la fois ! C’est pour cela que j’aime bien les courses à étapes. Mon terrain de prédilection reste quand même la cyclosportive de moyenne montagne.

 

  • Comment vas-tu aborder les prochains mois ?

La compétition reprendra pour moi fin février, j’avoue que pour l’instant j’ai du mal à me projeter. Mais, en général, il me suffit de raccrocher un dossard et c’est reparti, je suis à fond !

 

  • Quel est l’état d’esprit de l’équipe avant d’entamer les compétitions ?

On veut voir du Stamina partout ! Et toujours dans la bonne humeur !

 

  • Pour finir sur une bonne note, quels styles de musiques aimes-tu écouter ?

J’aime la musique qui bouge, surtout sur mon Home Trainer ! Un peu toutes les musiques sinon : de Chris Réa, que j’écoutais beaucoup dans ma jeunesse, à Imagines Dragons, mon groupe préféré actuellement, en passant par Tears for Fears, Calogero et Daran. La variété quoi.

 

 

Merci à Fabienne Olivier pour sa disponibilité. Le site qui ravitaille le cyclisme souhaite une très belle saison à toute la Team Stamina. Et pour la suite, rendez-vous au prochain épisode !

Rédigé par

Natacha Cayuela
Natacha Cayuela

Passionnée de vélo depuis ses dix ans, Natacha est la fondatrice du site qui ravitaille le cyclisme. Elle est également l'auteur du roman La Bonne échappée, où l'univers de la Petite Reine est mis à l'honneur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *