Le Tour du Limousin – Nouvelle Aquitaine vu par Claire Bricogne

Entre sérieux, bonne humeur et Passion

  • mercredi 22 août 2018

Crédit : Nathalie Rivet

 

Entre deux grands Tours et en pleine saison estivale, les courses s’enchaînent autant que les beaux paysages, au fil des nombreux kilomètres parcourus par les cyclistes.

La 51ème édition du Tour du Limousin – Nouvelle Aquitaine a eu lieu du 15 au 18 août 2018. Pour ce nouveau mets rafraîchissant, nous allons retrouver celle à qui nous avions donné la parole l’an dernier. Vous avez certainement l’habitude de l’entendre commenter avec brio les courses sur la chaîne l’Équipe. C’est donc avec plaisir que nous retrouvons Claire Bricogne avec qui nous avons concoctée cette recette régionale pleine de saveurs.

 

Pour nous faire vivre sa course de l’intérieur, Claire Bricogne revient sur son Tour du Limousin – Nouvelle Aquitaine. À travers cette rétrospective, replongeons au cœur de la course, et de ses à côtés dévoilés.

 

~ Du tour of Utah au Limousin ~

Le Tour de l’Utah vient de se terminer. C’est une de mes courses préférées, par son côté débridé, parce qu’il n’a rien de commun mais aussi parce qu’il révèle des coureurs de talent. Un petit jour off et c’est parti pour le Tour du Limousin-Nouvelle Aquitaine. J’ai déjà bien révisé la semaine précédente et la veille. Je voulais être archi-prête.

Nous sommes une dizaine à se retrouver à la gare d’Austerlitz. Je voyage à côté de Pierre Esquer, héros de l’écran géant du Giro qui est surtout un JRI de talent et qui va faire les interviews au départ et à l’arrivée. Pendant le trajet on refait le monde, d’abord, puis on échange nos infos sur les coureurs. On commence déjà à cibler les interviews du lendemain au départ. Les grands noms, Geniez, Calmejane, Coquard, Roux sont incontournables.

D’ailleurs, la semaine précédente, j’ai contacté les équipes des favoris pour être sûr de les recevoir au moins une fois sur le plateau d’après-course et ainsi l’annoncer tout au long de la semaine. Lilian Calmejane est donc prévu le vendredi soir après la troisième étape. Bryan Coquard le jeudi, lui qui malheureusement se brisera l’omoplate le lendemain. Et Anthony Roux le soir de la première étape. Énorme coup puisque le champion de France l’a remportée. 😊

 

Photo dans le train avec Pierre Esquer

 

 

~ Dispositif de pointe ~

De très beaux moyens déployés pour le Tour du Limousin-Nouvelle Aquitaine, comme sur les autres courses que l’on a produites cette année, l’Etoile de Bessèges et les Boucles de la Mayenne. Patrick Chassé, Christophe Riblon et Cyrille Guimard au commentaire. Une régie sur place avec l’expérimenté Fred Godard à la réalisation, l’hélicoptère, deux motos images, la moto son de Cédric Pineau, une caméra pour les interviews au départ et à l’arrivée et le plateau pour l’avant et l’après-course.

C’est ma première en tant que présentatrice sur La Chaîne L’Équipe. Mais je ne suis pas la seule à débuter à mon poste à l’extérieur, on est plusieurs. Dont Laurent Humbert, chef d’édition, qui n’avait jamais fait de course cycliste sur place et qui était extrêmement impliqué et rassurant même pour sa première. En fait, on s’est tous responsabilisés, on s’est tous soutenus.

 

Plateau avec Christophe Riblon, Samuel Dumoulin, Cyrille Guimard et Claire Bricogne. Crédit : Pierre Esquer

 

 

~ Ton résumé de la course ~

Pour être honnête, je n’étais jamais allée sur le Tour du Limousin. J’en avais entendu parler bien sûr, mais sans plus. Et puis, c’est la première fois que cette compétition était retransmise à la télévision, en plus de cinquante ans d’existence ! Eh bien… C’était génial. Les étapes étaient ouvertes, les attaquants au rendez-vous. Les petites routes le permettent. On sentait énormément d’envie. Génial de voir un Cosnefroy tenter de très loin lors de la deuxième étape avec son coéquipier François Bidard, même si ce n’était pas la stratégie prévue par sa formation.

D’ailleurs, c’était ça aussi qui était appréciable. Les coureurs étaient abordables et les faits de courses facilement décryptables avec les équipes. Roux et Calmejane en plateau nous ont parlé sans fard de leurs volontés pour l’avenir. Lorenzo Manzin, vainqueur de la dernière étape, n’a pas eu peur d’évoquer ses moments difficiles mentalement lors des précédentes saisons. Romain Sicard, notre super-combatif de la course, a laissé pleinement parler son humour. Ce cyclisme des terroirs français est un vrai plaisir. Patrick Chassé œuvre beaucoup pour lui en coulisses.

 

 

~ Le coureur qui t’a le plus impressionné ~

Nicolas Edet, le vainqueur du général, bien sûr. Parce qu’il fait une belle saison, et parce qu’ici, il vient glaner la première grande victoire de sa carrière, après avoir été déclassé sur le Tour de l’Ain. Déjà, parce qu’il s’est imposé en force à Uzerche. Ensuite parce qu’il a attendu ses 30 ans pour s’offrir ça.

Le cyclisme, c’est aussi apprendre à gagner, savoir se libérer. C’est pour ça qu’on parle souvent de spirale de victoires, de déclic mental. Cyrille Guimard a eu une formule parfaite pour ça alors que Nicolas Edet était avec nous en plateau : « il n’a pas eu peur de perdre ». Et puis, Edet a aussi su parler à son équipe le samedi. Même si Victor Lafay nous a dit en direct qu’il n’avait pas eu besoin de dire grand-chose que toute l’équipe lui avait fait confiance. Ce n’est pas un sentiment facile à donner, à faire passer, surtout à l’aube de remporter sa première course par étapes.

La phrase que je retiens, c’est quand il nous a dit qu’il se demandait ce qu’il allait lui arriver juste avant qu’il passe la ligne à Uzerche, évidemment en référence au fait qu’il avait été déclassé plus tôt dans la saison.

 

Nicolas Edet suivi de prêt par Pierre Esquer

 

 

~ Le meilleur moment ~

Il y en a eu des tas. Je vais plus parler de la mécanique. C’était le plaisir de se dire qu’on avait décrypté beaucoup de choses en après-course par exemple. Le dernier jour, on avait réussi à avoir en plateau notre super baroudeur Romain Sicard, puis François Bidard qui s’est montré dans les derniers kilomètres, Kevin Reza le poisson-pilote du vainqueur du jour Lorenzo Manzin, qui l’a ensuite rejoint en direct. Puis on a eu le vainqueur du général Nicolas Edet avec son jeune coéquipier et espoir Victor Lafay. À côté, aux micros de Pierre Esquer et Cédric Pineau ont réagi Pierre Gouault, le meilleur sprinteur, Elie Gesbert, meilleur jeune qui a tenté de faire basculer le général avec son équipe. Patrick Chassé intervenait pour donner aux téléspectateurs les classements et toutes les informations indispensables sur la course.

Quant au moment le plus touchant, c’est sûrement quand Lorenzo Manzin nous a expliqué que Bryan Coquard était venu au briefing le matin-même et qu’il leur avait parlé. Bryan s’est fracturé l’omoplate gauche la veille et espérait beaucoup de ce Tour du Limousin. On a senti que ça avait été un moment fort.

 

 

~ L’instant oups ~

Le dernier jour, François Bidard est en plateau en direct avec nous. Il fera le Tour d’Allemagne qui sera diffusé sur La Chaîne L’Equipe dès jeudi, ce que je lui ai précisé. Il me répond, avec un sourire et un rire, alors j’imagine qu’il fait une blague ou dit qu’il va se montrer en compagnie de Romain Bardet. Sauf que… à cet instant on me parle aussi à l’oreillette et que je n’arrive pas encore à dupliquer mes oreilles pour faire comme si j’en avais quatre. Alors il s’arrête et je sens bien que Christophe Riblon et Cyrille Guimard attendent une réaction de ma part. Léger blanc et je remercie François dans un sourire sans finalement jamais savoir ce qu’il m’avait répondu 😁 Normalement, j’arrive à être assez naturelle mais pas là ahah ! Bon ça ne s’est pas grossièrement vu à l’antenne mais j’aurais aimé pouvoir réagir. Le métier qui rentre !

L’autre instant oops c’est, en dehors du plateau, quand Raymond Poulidor nous parle de mon travail puis me demande sur le ton de l’humour si je ne suis pas amoureuse de son petit-fils, « quand même ! » ! C’était évidemment sur le ton de la blague. Je vous le partage parce que là je sais que c’était pour rire et, d’ailleurs, ça m’a beaucoup fait rire. Dès lors que je sais que c’est bienveillant ça ne me dérange pas. C’était dans une ambiance détendue.

Mais j’ai vu passer d’autres remarques de ce genre beaucoup plus sérieuses de la part d’inconnus. Et comme vous me donnez gentiment la parole, ça me permet d’en parler 😊 C’est encore la difficulté quand on est une femme journaliste qui commente ou présente, de faire passer des messages ou de l’émotion sans que ce soit interprété ou interprétable. Pas par les coureurs en plus, parce que je crois sincèrement qu’on respecte mutuellement notre travail. Plus par des gens de l’extérieur, des hommes comme des femmes. Ça reste minoritaire (ouf !). On ne ferait pas les mêmes réflexions aux hommes. D’ailleurs personne n’a rien dit à Stéphane Augé qui lui aussi trouvait le style de Sepp Kuss plutôt sympa sur le Tour de l’Utah…

 

 

~ Un peu de tourisme – Ambiance estivale ~

D’un calme apaisant. Quand on se rend à Uzerche en voiture vendredi, je me dis que je reviendrais bien passer quelques jours ici en vacances. Et je vais le faire. J’ai adoré le point de vue du Coteau de Grèzes  où notre plateau était installé le jeudi. Énorme coup de cœur pour le charmant village d’Uzerche, ses maisonnettes et son ambiance. C’était reposant. Ça sentait les vacances. On a même fait des debriefs dans l’herbe avec des gâteaux apéritifs et des petits légumes à croquer. On a passé un repas avec les bénévoles et les organisateurs, sous une tente avec une chanteuse et un groupe. Ambiance guingette-cabaret, bonne franquette. L’essence même du cyclisme est là. Ils sont tous passionnés.

 

Coteau de Grèzes, arrivée de l’étape reine, par Claire Bricogne

 

 

~ Dodo et ravito ~

Nous étions logés à Limoges, chaque jour on avait entre 45 minutes et une heure de route aller, ce qui est encore raisonnable sur une course de cyclisme (il nous arrive de faire des trajets de plus de trois heures sur le Giro). On faisait les debriefs là, les conducteurs des émissions du lendemain également (définir les thèmes à aborder et les éléments qui vont nous servir). Nous étions avec l’équipe Bardiani et la Groupama-FDJ, ce qui arrangeait bien Cédric Pineau et Cyrille Guimard, le sélectionneur des Bleus 😉 Blague à part, là aussi chacun respecte son intimité et son espace de travail. Mais c’était pratique pour les séquences filmées. Par exemple, Pierre Esquer a pu interviewer à l’hôtel Anthony Roux, troisième du général, avant le départ de la dernière étape.

 

 

~ Comme sur un plateau ~

Quelle expérience… C’était la première fois que je présentais une émission pour La Chaîne. J’aime chaque côté de mon métier, j’aime me préparer pour chaque échéance. Mais je ne m’étais jamais sentie autant libérée. Je me suis énormément amusée. J’ai été très bien épaulée, très bien entourée.

Je remercie La Chaîne L’Équipe de m’avoir fait confiance pour cet événement. Et un merci spécial à Cyrille Guimard qui m’a tout de suite détendue par ses incontournables blagues et qui a surtout pris le temps de me dire ce qu’il pensait dès le premier jour. C’était un plaisir de travailler avec cette équipe, on avançait tous dans le même sens.

 

 

~ Une citation pour conclure ~

Il y a quelques années, j’avais été marquée par une interview du réalisateur Lucas Belvaux qui expliquait que la place du spectateur était primordiale au cinéma. Je m’en sers. Car c’est pareil à la télévision, et idem pour une retransmission de course cycliste. On a essayé de le rendre omniscient sur ce Tour du Limousin – Nouvelle Aquitaine.

 

Claire Bricogne bien entourée autour du plateau. Crédit : La chaîne l’Équipe

 

Un grand Merci à Claire Bricogne pour ce mets rafraîchissant tout comme pour sa gentillesse. Le prochain rendez-vous sur la Chaîne L’Équipe c’est dès demain (23 août) où nous aurons le plaisir de retrouver Claire aux commentaires du Tour d’Allemagne.

Rédigé par

Natacha Cayuela
Natacha Cayuela

Passionnée de vélo depuis ses dix ans, Natacha est la fondatrice du site qui ravitaille le cyclisme. Elle est également l'auteur du roman La Bonne échappée, où l'univers de la Petite Reine est mis à l'honneur.

This Post Has One Comment

  1. KIKI-129

    bel article, les femmes sont l’avenir de l’homme et aussi du sport
    Etant un ancien du Tour du Limousin (j’y étais dans les années 92-95) je connais bien les rouages de l’organisation, Claire B a accompli un bon et beau travail , bonne réussite pour la suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *