L’Amour du vélo jusqu’à Julian Lino

Vers de nouveaux Horizons pour se forger un Prénom en plus du Nom

  • mercredi 21 juillet 2021

Le cyclisme est souvent une passion qui se transmet au fil des générations. Et ce n’est pas la famille Lino qui nous dira le contraire ! Pascal Lino a été coureur professionnel pendant treize saisons. Il a notamment remporté une étape du Tour de France 1993 après avoir porté le si convoité maillot jaune pendant onze jours l’année précédente, Tour qu’il avait terminé à la cinquième place.

Même si depuis le vélo est toujours à proximité, c’est désormais son fils, Julian Lino qui a pris le relai ! Une très bonne nouvelle vient d’ailleurs d’être communiquée, ce qui nous a incité à le rencontrer.

 

Photo : Anaïs Siri

 

 

  •  Bonjour Julian, pour commencer cette recette, revenons aux sources ! Peux-tu nous raconter l’histoire de ta famille liée au cyclisme ?

J’ai baigné dans le vélo dès le plus jeune âge. Je regardais le Tour de France à la télé puis j’allais rouler directement après l’arrivée, déguisé en coureur cycliste. Pourtant je suis venu au vélo sur le tard, mon père jugeait cela trop difficile ! J’ai essayé d’autres sports mais j’étais sans doute destiné à monter sur un vélo.

J’ai donc commencé à l’âge de 14/15 ans avec quelques kilos en trop et aucune connaissance du vélo en dehors du Tour de France à la télé. Puis, la transmission des savoirs et de la passion s’est faite progressivement, au fur et à mesure que je franchissais les échelons.

 

  • Parle-nous de tes propres aventures : quels sont les faits marquants et moments clés qui ont fait que tu en es arrivé là aujourd’hui ?

Depuis ma première sélection départementale avec le Morbihan en cadet, de l’eau a coulé sous les ponts. Les résultats sont une chose, mais le soutien sans faille de mon entourage en est une autre. En effet, depuis mes débuts, j’ai toujours été soutenu par ma famille et mes amis, notamment dans les moments plus difficiles. Il s’agit d’un des éléments clé de mon parcours.

Les résultats qui m’ont aidé à en arriver là ont été acquis en grande partie grâce à mes aptitudes en contre-la-montre. (Onze victoires et au moins autant de places sur le podium). Notamment ma quatrième place (à sept secondes du podium) lors des derniers Championnats de France.

 

  • Qu’est-ce que l’expérience de ton père t’apporte au quotidien ?

Mon père m’a toujours apporté son aide. Ses conseils sont toujours précieux et notre relation père-fils est excellente. Il partage même mes sorties de récupération quand il est dispo ! Je pense d’ailleurs que les conseils les plus importants arrivent car le milieu pro et ses exigences, il connaît…

Être comparé à lui c’est difficile dans le sens où treize années pro, une victoire sur le tour de l’avenir, une cinquième place au Tour de France, onze jours avec le maillot jaune, une victoire à la Coupe de France PMU, une participation aux JO sur la piste etc… ça fait un sacré palmarès !

Je viens d’avoir ma chance et j’ai 25 ans. Je ne cherche pas à me comparer je souhaite suivre mon propre chemin et donner le meilleur de moi-même.

 

Julian avec le maillot de son père Pascal Lino

 

 

  • Que fait-il désormais ?

Il travaille pour ASO, il est pilote direction.

 

  • Avant ta future aventure, tu roules depuis l’an passé au CC Nogent-sur-Oise, tu nous présentes ton équipe ?

Le CCNO est un club historique que j’ai eu la chance de rejoindre en 2020. J’en garderai d’excellents souvenirs ainsi que des amis. Ma dernière apparition sous les couleurs du CCNO restera la Coupe de France contre-la-montre par équipes, un objectif tant pour le club que pour moi, où nous avons terminé troisième.

Le Covid aura changé l’aspect de ses deux saisons en sacrifiant des grands rendez-vous et objectifs que je m’étais fixé (Tour Nivernais Morvan, Tour de Saône et Loire.. ) mais il faut faire avec ; il m’a moi-même privé d’un mois de saison cette année.

 

  • Quels sont tes points forts sur ton vélo et ceux que tu aimerais améliorer ?

Mes points forts restent mon endurance, ma capacité de récupération et mes aptitudes en chrono. Néanmoins, je dois continuer à améliorer mon endurance avec l’évolution des distances de course, ainsi que mes valeurs de puissance car le niveau sera tout simplement supérieur.

 

  • En parallèle, tu es aussi entraîneur pour Pedal Graft COaching, peux-tu nous présenter cette activité ?

Pedal Graft coaching est né en 2020 avec mon ami Conn Mc Dunphy. Nous entraînons une quinzaine de coureurs à nous deux. Cela permet de partager notre expérience et de nous changer les idées. Nous avons aussi de grosses satisfactions comme la victoire d’un de nos coureurs dans sa catégorie lors du dernier Half Ironman des sables d’Olonne. On prépare avec lui les prochains mondiaux aux États-Unis, c’est top !

 

  • Place à la bonne nouvelle : dès la fin de ce mois de juillet, tu vas passer dans le rang des coureurs professionnels ! C’est au sein de la formation allemande Bike Aid que tu vas pouvoir gagner en expérience et t’exprimer, avec un programme qui s’annonce bien rempli ! Raconte-nous ce qui t’attend et surtout : ce que tu espères de toi-même et de cette belle opportunité.

Mon contrat vient effectivement de commencer. Je me rends d’ailleurs en Allemagne cette semaine pour découvrir le service course et acquérir mes équipements. J’ai vraiment hâte d’attaquer ! Mes premières courses vont être le Grand-Prix de Pérenchies, le Kreiz Breizh Elites puis la Polynormande.

Un contexte relevé m’attend avec de belles courses en perspectives. J’espère me faire une place dans l’équipe et défendre au mieux les couleurs de Bike Aid.

 

Le maillot de Bike Aid sur les épaules de Julian Lino ! (Photo via J.L).

 

 

  • Pour conclure ce mets, as-tu d’autres passions au-delà du vélo ?

Bien sûr que j’ai d’autres passions en dehors du vélo ! Ça serait triste sinon. Je suis un vrai passionné de café. j’ai mon Aeropress et mon café que j’amène partout avec moi. Pas question de boire du mauvais café ! J’ai d’ailleurs de très bon Coffee shop là ou j’habite à Vannes.

Je suis aussi passionné de voyages et de gastronomie, entre autres. Mon nouveau passe-temps c’est l’apprentissage de l’allemand (en plus de Netflix…), mais il me reste du boulot !

 

Le café mousseux de Julian est prêt !

 

 

Merci à Julian Lino de nous avoir présenté son parcours comme sa personnalité. On te souhaite une très belle fin de saison sous tes nouvelles couleurs de Bike Aid, en savourant de bons cafés tout en peaufinant ton allemand !

Rédigé par

Natacha Cayuela - Coordinatrice pour cyclistes
Natacha Cayuela - Coordinatrice pour cyclistes

Passionnée de vélo depuis ses dix ans, Natacha est la fondatrice du site qui ravitaille le cyclisme. Elle est également l'auteur du roman La Bonne échappée, où l'univers de la Petite Reine est mis à l'honneur.