Florian Hudry s’envole au Japon

Première année professionnelle chez Interpro Cycling Academy

  • dimanche 8 janvier 2017

Après avoir passé une année sous le soleil et les couleurs de l’UC Monaco, le savoyard a conclu sa saison 2016 par le Tour du Rwanda. Désormais, place à 2017 et à de nouvelles directions ; le coureur âgé de 22 ans va passer pro au Japon. Explications.

 Bonjour Florian, on te retrouve déjà pour un nouveau petit plat ! Car en ce début d’année, tu as une grande annonce à faire…

Bonjour, oui en effet, c’est pour moi une annonce importante : après plus de six ans de travail acharné dans le vélo et tant de sacrifices, de joies mais aussi de périodes de doute et de peine, je vais passer dans une équipe professionnelle !

J’ai signé un contrat d’un an en faveur de la nouvelle équipe continental (troisième division mondiale) Interpro Cycling Academy. C’est en quelques sortes un rêve qui se réalise.

  • Tu as donc choisi de poursuivre ta carrière à l’autre bout du monde. Quelles en sont les raisons et tes motivations ?

À vrai dire, j’étais prêt à partir n’importe où pour réaliser mon rêve. Donc quand j’ai eu l’opportunité de signer dans cette équipe professionnelle au Japon, je n’ai pas hésité !

J’avais déjà étudié plusieurs propositions, que ce soit en Australie, en Nouvelle-Zélande, aux Émirats arabes unies, ou aux États-Unis, mais ce projet m’a paru le plus concret. Le cyclisme est en plein développement en Asie et le projet de l’équipe m’a tout de suite plu.

De plus, depuis que je sais que je serai dans cette équipe, je me suis vraiment intéressé à la culture japonaise et il s’avère que ça m’attire de plus en plus. Je me suis même mis à apprendre le japonais et je progresse de jour en jour, donc c’est très motivant ! Je veux acquérir de bonnes bases avant d’emménager au Japon pour pouvoir mieux m’intégrer et être plus indépendant.

  • L’équipe Interpro Cycling Academy est à la fois japonaise et française. Peux-tu nous la présenter ?

Oui, nous serons neuf coureurs, cinq japonais et quatre français. C’est une équipe qui a été créée en 2006 et qui évoluait dans les rangs amateurs jusqu’à cette saison. La saison dernière, en 2016, l’équipe qui s’appelait alors Neilpryde – Nanshin Subaru Cycling Team a fini cinquième de la Coupe du Japon et première équipe amateur devant quatre équipes pro. Donc les dirigeants ont voulu encore faire grandir l’équipe et passer à l’échelon supérieur, à savoir le niveau continental.

  • Tu n’es donc pas le seul français à partir pour ces nouvelles aventures…

Non, nous serons quatre dont Julien Amadori et Tom Bossis, qui sera aussi un des dirigeants de l’équipe.

  • Quelles seront tes conditions de vie dans ce pays ? 

Le club met à notre disposition une maison dans la ville de Iida qui se situe dans la province de Nagano, au cœur des montagnes entre Tokyo et Nagoya.

Les déplacements se feront en avion pour relier les différents pays d’Asie où nous courons et en voiture au Japon.

Concernant la nourriture, il va falloir que je m’adapte aux plats locaux mais d’après ce que l’on m’a dit c’est très bon !

  • Connais-tu les principales courses aux quelles tu vas participer ?

Pour l’instant, je ne peux pas m’avancer sur le programme de course qui est en attente de confirmation. Nous devrions avoir un programme très international avec pas mal de courses UCI Asia Tour, mais aussi un passage en Europe et en France, et bien sur la Japan Cup (Coupe du Japon).

  • Quels seront tes rôles et tes objectifs ?

Mon rôle sera avant tout d’aider l’équipe à obtenir les meilleurs résultats possibles. Je devrai aussi partager mon expérience auprès des coureurs japonais qui n’ont pas forcément la culture européenne de la course.

Et à titre personnel, j’aimerais essayer de me spécialiser dans les montées sèches. C’était mon exercice de prédilection étant junior et dont les japonais raffolent.

Sans oublier de se faire plaisir, ce qui est un point essentiel et lié à la performance !

  • Parallèlement à ta carrière cycliste, tu continues également tes études par correspondance. Comment vas-tu gérer les deux en plus de l’éloignement ?

Oui en effet, je suis une Licence économie et gestion où je suis actuellement en troisième année. Je passerai des examens avant mon départ au Japon et d’autres à mon retour.

Avec mon statut de sportif de haut niveau, j’ai pas mal de libertés au sein de mon université.

  • Envisages-tu déjà un retour en France en fin de saison ou une éventuelle prolongation ?

Je ne me suis pas encore posé cette question, je vais voir comment se passe cette année et après je prendrais ma décision au moment voulu.

  • Quand aura lieu le grand départ ?

Je n’ai pas encore la date exacte de mon départ, mais probablement fin janvier ou début février car nous avons un premier stage prévu début février sur l’ile d’Okinawa au sud de l’archipel.

  • Comment vas-tu gérer les semaines avant de partir ?

Comme je le fais actuellement : je profite au maximum de mes amis et de mes montagnes aux quelles je suis très attaché. Je n’ai pas spécialement d’appréhension, je sais que je serai bien accueilli et mis dans de bonnes conditions, donc je n’aurai plus qu’à profiter de mon nouvel environnement, m’émerveiller et découvrir ce pays sans oublier le principal : m’entraîner et être le plus performant possible !

  • Souhaites-tu ajouter quelque chose ?

Je remercie toutes les personnes qui ont contribué à mon parcours dans le vélo et toutes les personnes que j’ai eu l’occasion de côtoyer pendant ces six années. Mes clubs successifs, le Guidon d’Or La Léchère, le Team Vulco VC Vaulx-en-Velin et  l’UC Monaco.

Ainsi que les dirigeants d’Interpro Cycling Academy de m’accorder leur confiance. Je remercie aussi mes sponsors, la station de ski des Menuires et la société Euro3ValléesPropreté.

On te souhaite une très belle saison que nous ne manquerons pas de suivre.

Sayounara !

Rédigé par

Natacha Cayuela
Natacha Cayuela

Passionnée de vélo depuis ses dix ans, Natacha est la fondatrice du site qui ravitaille le cyclisme. Elle est également l'auteur du roman La Bonne échappée, où l'univers de la Petite Reine est mis à l'honneur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *